Chris Marker montre Montand au travail, lors des répétitions d'un concert donné par le chanteur en 1974. On découvre un monstre de perfectionnisme, qui ne laisse rien au hasard. Un film à voir gratuitement sur la plateforme Tënk, grâce à un partenariat avec France Inter. La voix d'Yves Montand est un baume au coeur.

La Solitude du chanteur de fond
La Solitude du chanteur de fond © Chris Marker - Seuil Audiovisuel Production - Les Films du jeudi

Aujourd’hui, ce n’est pas moi qui parle. Il n’y a rien à dire. Juste à écouter Yves Montand chanter

Un concert pour le Chili

« La solitude du chanteur de fond » est à voir gratuitement sur la plateforme Tënk jussqu'au 15/04/20, grâce à un partenariat avec France Inter. C'est un documentaire de Chris Marker : ce grand cinéaste était un ami d’Yves Montand. Il nous montre ici les préparatifs d’un concert donné à l’Olympia, à Paris, en 1974. Pas n’importe quel concert : un spectacle de soutien aux réfugiés chiliens en France, une façon de dénoncer le régime de Pinochet au Chili. Ce n'est pas pour rien qu'il interprète Le chant des Partisans, hymne de Résistance. Mais de ce concert, nous ne voyons ici que quelques bribes, quelques images à la volée. Car le sujet de ce film se situe avant : pendant les dix jours  de répétition, avec son pianiste. Les colères de Montand n’ont pas été coupées au montage, on en sait gré à Chris Marker. Le chanteur et comédien se montre tour à tour hâbleur, crooner, mégalo, inquiet et parfois franchement insupportable

Les mains d'Yves Montand

Mais ce qui frappe le plus, c’est le perfectionnisme. Rien n’est laissé au hasard. Pour le moindre mouvement de main pendant une chanson, il tâtonne, il essaie, il recommence, cent fois sur le métier il remet son ouvrage. Les mains d’Yves Montand sont au coeur de ce documentaire, d’ailleurs. Souvent on ne voit qu’elles, filmées de près. Elles battent la mesure, elles dansent, s’agacent, s’emportent, elles dessinent dans l’air les courbes d’une femme. Ces mains ont du génie. 

Et il est assez bluffant de voir ensuite Montand refaire devant le public ces mêmes gestes avec une apparente nonchalance, ces mouvements de main d’une folle sensualité, ces gestes d’une grâce qu’on croirait improvisée

Ce film  court - il dure une heure - est une passionnante plongée dans le processus de création, même si l’artiste est parfois odieux. Et puis, il faut bien dire une chose. Je ne saurais pas vous expliquer pourquoi ni comment, mais c’est une évidence : les chansons d’Yves Montand sont une pommade pour affronter la période que nous traversons. Littéralement du baume au coeur.

« La solitude du chanteur de fond ». A voir gratuitement sur la plateforme Tënk, jusqu'au 15 avril 2020, en cliquant ici.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.