Il présente Crac-Crac comme "les montagnes russes du sexe". Monsieur Poulpe alterne en effet séquences soft et trash et se promène habilement sur la ligne de crête entre émission humoristique et magazine de société. Ce soir sur Canal Plus Décalé.

Monsieur Poulpe présente CRAC CRAC, le rendez-vous mensuel de CANAL+ qui décrypte le sexe.
Monsieur Poulpe présente CRAC CRAC, le rendez-vous mensuel de CANAL+ qui décrypte le sexe. © Jeff Lanet/Canal +

Je me lance ce matin dans grand écart périlleux. Deux programmes à vous conseiller. Deux émissions de qualité qui passent à la télé à la même heure (23h), dans deux registres très différents. Lequel vous conseiller? Je n'arrive pas à me décider, alors vous regardez les deux et c'est tout. Le replay, c'est pas pour les chiens. 

Premier conseil : Complément d'enquête, sur France 2 à 23h. Remarquable magazine, consacré ce soir à "la vraie vie en prison". Thomas Sotto installe ses fauteuils rouges à la maison d'arrêt de la Santé, où il recevra Nicole Belloubet, la ministre de la Justice. L'ambition est de raconter le quotidien réel des 70.000 prisonniers français et de ceux qui les surveillent, peu après le mouvement social d'une ampleur inédite qu'a connu le monde carcéral. Au programme notamment, un reportage sidérant sur les "prisons passoires" : comment les détenus se procurent-ils des téléphones portables, du cannabis, du crack, de l'alcool ou autre? Comment toutes ces choses interdites entrent-elles en prison? Elles sont souvent jetées depuis l'extérieur. Une surveillante de la prison de Nancy montre aux caméras les outils de bricolage laissés sur place par ceux qui découpent le grillage autour de l'établissement pour ensuite jeter de la marchandise par dessus les murs : la séquence est saisissante. Il y a aussi les drones, nouvel ennemi de l'administration pénitentiaire. Et puis les surveillants corrompus, qui font passer de la marchandise moyennant finance : un ancien fonctionnaire explique que c'est l'appât du gain qui l'a décidé la première fois, et qu'ensuite il était piégé par les trafiquants : si tu ne continues pas, on te dénonce. Et les sanctions peuvent être très lourdes. 

Deuxième conseil : Crac-Crac ! Grand écart, vous disais-je. Le seul point commun, c'est le flou : utilisé non pas pour assurer l'anonymat des témoins mais pour cacher des organes génitaux.  Émission qui décrypte le sexe en crypté, sur Canal Plus Décalé. Vous vous souvenez de Monsieur Poulpe et de ses "recettes pompettes" sur Youtube, émission dans laquelle il faisait picoler ses invités en cuisine, qui faisait hurler le CSA? Le revoilà, encore plus sulfureux. Le thème de ce troisième épisode, c'est le nombre. Il est donc question de partouse, de polyamour et d'échangisme. 

Une émission de fesse drôle et élégante

Monsieur Poulpe lui-même définit Crac-Crac comme "une émission rentre-dedans mais qui se lave les mains avant" : il s'intéresse à des sujets trash sans verser dans le sensationnalisme ou dans le burlesque à l'excès. Vous verrez ce soir un reportage à Berlin chez un photographe spécialiste des orgies. Je n'entre pas dans le détail, mais disons que le sujet est abordé ... sans aucune pudibonderie. 

Ce qui est très réussi, c'est le mélange des genres. Une séquence crue succède à une interview toute mignonne (les humoristes du Palmashow sont les invités de ce soir) ou à un club de lecture animé par la maman de Monsieur Poulpe ! C'est véridique : avec deux copines, elle donne son avis sur des livres érotiques, et notamment un livre de coloriage de vulves. 

Voilà une émission de fesse qui parvient à être marrante et élégante : jolie prouesse. Et si j'osais, je dirais même que c'est une émission de fond : un magazine qui a choisi le prisme de la sexualité pour raconter la société. Pour montrer, surtout, que la norme n'existe pas et qu'on est tous un peu déviants. Faut-il le préciser? L'émission est interdite aux moins de 16 ans.

Crac-crac, ce soir (et tous les deuxièmes jeudis du mois) à 22h55 sur Canal Plus Décalé.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.