Y'a comme un goût amer en nous. Pour pleurer la disparition d'une artiste solaire, rendez-vous ce soir pour un documentaire qui retrace son parcours avec Michel Berger. Mais surtout vendredi soir pour un film exceptionnel sur Starmania, l'opéra rock qui défie le temps.

Nous sommes nombreux, quel que soit notre âge, à avoir un cafard terrible après la mort de France Gall. Alors le mieux à faire est de se vautrer avec délice dans la nostalgie en regardant des images d'archives de cette artiste solaire. Ce soir, on allume France 3 pour voir un documentaire sur France Gall et Michel Berger : "toi sinon personne". Ce qui est précieux, c'est que le film est constitué uniquement d'images et d'interviews d'époque : pas de journaliste ou de spécialiste pour expliquer, trente ou quarante ans plus tard, face à la caméra, le phénomène France Gall. Non, juste de la musique, et que chacun se laisse emporter. Le sujet du film, c'est bien le couple : ce documentaire signé Franck Ferrand a l'intelligence de montrer que France Gall et Michel Berger, c'était un couple mais deux carrières. Tous les deux y tenaient beaucoup. 

Ça balance pas mal à Paris

Un mois avant leur mariage en 1976, Michel Berger écrit un show musical pour la télévision, sous la houlette de Maritie et Gilbert Carpentier. Et parmi toutes les chansons, celle qui sortira en single et deviendra un tube, c'est celle qu'il interprète avec France Gall : "ça balance pas mal à Paris". Le succès sera immense, au point d'inquiéter les deux artistes : pas question de devenir le nouveau couple à la mode, ils savent que cela signerait la fin de leurs carrières respectives. Le documentaire évoque aussi les drames de la famille et retrace, décennie après décennie, le parcours musical du couple. 

De quoi patienter jusqu'à vendredi pour un autre film que je vous recommande encore plus. Film de Thomas Snegaroff qui retrace l'épopée Starmania :un spectacle écrit dans les années 70 et qui est tellement d'actualité en 2018. L'occident n'est plus qu'un seul pays dont la capitale, Monopolis, est dominée par les écrans et où tout le monde cherche à devenir célèbre. Cet opéra rock franco-québécois est tout simplement visionnaire.

Un documentaire à ne pas rater

Jusqu'à aujourd'hui, seulement 96.000 personnes ont eu la chance de voir la première version de Starmania, celle de 1979. Parce qu'elle n'a pas été filmée. Les auteurs de ce documentaire, à voir vendredi sur France 3, ont retrouvé des images inédites. A ne ne pas rater. 

On apprend au passage que Michel Berger et Luc Plamondon avaient loué une maison dans le sud de la France pour écrire leur spectacle et que Michel Berger avait récupéré dans une poubelle un texte donc Plamondon n'était pas content : c'était "les uns contre les autres" ! Au bout du compte, on se rend compte, qu'on est toujours tous seuls au monde... Mais le clou trop méconnu de ce spectacle, c'était bien France Gall avec Monopolis. Elle chantait les villes de l'an 2000 à l'aube des années 80. Évidemment. 

"Starmania, l'opéra rock qui défie le temps", vendredi 12 janvier à 20h55 sur France 3. 

Et ce ce soir à 20h55, toujours sur France 3 : "France Gall et Michel Berger, toi sinon personne". 

Légende du visuel principal:
France Gall avec Danile Balavoine dans Starmania, la comédie musicale de Michel Berger, en 1979 à Paris © Getty / PICOT/Gamma-Rapho
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.