Une chaine de télé espagnole a filmé l'intégralité d'un trajet en train entre Saragosse et Canfranc, filmé depuis la cabine du conducteur. Une vidéo fascinante pour apprivoiser l'ennui et réfléchir à notre rapport au temps !

J'ai décidé de piocher mes bonnes résolutions dans le programme télé, cette année. En voici une nouvelle : ralentir

En 2019, j'essaie de repenser mon rapport au temps. De ne plus chercher à meubler à tout prix le temps libre. Une résolution très compliquée à tenir par les temps qui courent, que dis-je par les temps qui galopent. 

L'idée m'a été soufflée par la télévision espagnole. Une chaine de télé locale, Aragon TV, a diffusé récemment un voyage en train en "prime time". Ce n'est pas un train à grande vitesse, loin de là, puisqu'il met 3h45 à parcourir 218 kilomètres. Une caméra embarquée, dans la cabine du conducteur, juste derrière la vitre, filme le trajet entre Saragosse et Canfranc, à la frontière française. Tout le trajet, en une seule prise. Et c'est tout. Le film dure donc 3h45.

Ce n'est pas à mourir d'ennui?

On n'est pas obligé de tout regarder, déjà ! On s'ennuie un peu, oui, mais c'est aussi fascinant. Presque hypnotisant. En fait, il faut appréhender cette vidéo comme un exercice pour apprendre à apprivoiser l'ennui. Et se laisser traverser par toutes les pensées qui nous passent par la tête, les laisser filer. Une explication s'affiche, en espagnol, au début du film :

Ici commence le voyage. Voici une occasion de modifier le temps, de te laisser porter. De te détendre et de commencer l'année de façon différente. Sans te dépêcher. Lentement. C'est une nouvelle expérience. Profite du voyage.

J'en ai regardé presque une heure. On voit défiler les gares et les paysages. On voit se lever le brouillard et pointer le soleil, on passe par des recoins magnifiques des Pyrénées. Et on laisse son esprit vagabonder. J'ai repensé à toutes les fois, quand j'étais enfant, où je me plaignais de m'embêter, de n'avoir rien à faire. Et réalisé soudain quelle chance j'avais. La vie intérieure surgit grâce à l'ennui !

La "slow TV" venue de Norvège

Cette expérience n'est pas neuve : ça s'appelle de la "slow TV" (certains l'ont traduit en français par "téléscargot"). Andy Warhol, dans les années 60, avait filmé un homme en train de dormir pendant 5h20. Mais ce sont surtout les Norvégiens qui raffolent de slow TV. 

Des millions de Norvégiens regardent, pendant des heures, un simple trajet en train ou en bateau (notamment le mythique Hurtigruten, l'express côtier qui longe les fjords norvégiens).  La NRK, la télé publique norvégienne, a aussi diffusé la transhumance d'un troupeau de rennes, en temps réel et en intégralité, pendant dix jours, mais aussi un feu dans une cheminée, en plan fixe pendant toute la nuit, et j'en passe. A chaque fois sans aucune voix-off, aucun commentaire

C'est de la télé-réalité, au sens littéral du terme !

Tokyo à contre-courant

Cela existe aussi en France, je vous rassure ! En 2014, France 4 a diffusé "Tokyo Reverse" : un film réalisé par Simon Bouisson et Ludovic Zuili. On y voit un homme qui marche dans Tokyo pendant 9h10. Au début, on trouve qu'il a une démarche un peu étrange. La rue est déserte. Et puis, des gens apparaissent, qui marchent tous à l'envers. On comprend alors que c'est notre héros qui marche à reculons et que le film est diffusé à l'envers. Là encore, on ne peut pas décemment regarder les 9h10, mais cette vidéo est captivante. Surtout que la capitale japonaise grouille de monde. Le monde recule pendant que cet homme avance à contre-courant ! 

D'ailleurs, toutes ces vidéos de slow TV, de télescargot, sont à contre-courant : tout simplement parce qu'elles prennent leur temps. Ce voyage en train entre Saragosse et Canfranc vient nous rappeler qu'il est urgent de prendre son temps. 

Et si ça vous aide à vous endormir, c'est déjà ça ! 

  • Légende du visuel principal: 3h45 de rails, de paysages et de passages en gare. Quelqu'un a-t-il regardé la vidéo en entier? © El Viaje. Capture d'écran Aragon TV. Youtube.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.