Très beau portrait du cinéaste espagnol, à voir sur Arte : Pedro Almodóvar raconté à travers les femmes qu'il filme passionnément depuis quarante ans.

¡ Que buena idea ! Arte rend hommage à Pedro Almodóvar ces jours-ci, à l'occasion de son nouveau film en compétition à Cannes, qui sortira au cinéma le 17 mai. La chaîne a pioché dans sa filmographie : "Tout sur ma mère" et "Femmes au bord de la crise de nerfs" ont été diffusés lundi 6 mai (pas de replay disponible, malheureusement). Ce mercredi 8 mai, vous pourrez voir "La mauvaise éducation" et la semaine prochaine "Julieta". Mais ce cycle Almodóvar propose aussi un documentaire, un très beau portrait du cinéaste à travers ses héroïnes : "Almodóvar, tout sur ses femmes". 

Je veux être une "chica Almodóvar"

Qu'elles soient flamboyantes ou cabossées - ou les deux - les femmes sont omniprésentes dans le cinéma de Pedro Almodóvar. Saviez-vous qu'il existe une expression, en Espagne, pour parler des comédiennes fétiches du cinéaste? Ce sont des "chicas Almodóvar". "Moi je veux être une fille Almodóvar, dit la chanson. Comme la Maura, comme Victoria Abril, un peu futée un peu niaise, et me promener avec Madona en limousine. Je veux être une chica Almodóvar, me foutre de tout et ne jamais passer de mode." Carmen Maura, Victoria Abril. On peut ajouter Penelope Cruz à la liste. Et Rossy de Palma, et Bibiana Fernandez. Ce sont elles qui se succèdent devant la caméra, dans ce documentaire, pour nous raconter Almodóvar. Le tout est entrecoupé d'extraits de films, souvent sublimes. 

Les visages de la féminité

Almodóvar, homosexuel affirmé, filme des femmes avec passion depuis quarante ans. Elles sont mères, maîtresses, épouses, femmes libres. Elles sont des objets du désir, des œuvres d'art, elles sont le sexe fort. Elles sont des femmes transgenre, aussi : il faut se souvenir que la transidentité est présente dans ses films depuis les années 80. 

Oui vraiment, quelle brillante idée, que de brosser le portrait de cet artiste à travers les femmes qu'il a filmées. Et c'est l'occasion de faire la connaissance de la plus importante : la mère de Pedro. Elle s'appelait Paquita Caballero. Vous l'avez peut-être déjà aperçue dans l'un de ses films. Elle jouait notamment un petit rôle dans "Attache-moi", sorti en 1990. Elle jouait la mère de Victoria Abril dans cette histoire d'amour torride entre un bourreau et son otage. 

Paquita Caballero, figure de proue

Paquita, à l'image de l'Espagne catholique, était souvent choquée par les films de son fils. "Beaucoup trop de coucheries", disait-elle. Sa relation avec son fils n'en était pas moins complice et d'une immense tendresse. Et j'ai appris une histoire qui me fait fondre. Dans le petit village de la Mancha où a grandi Pedro, sa mère était la seule ou presque à savoir lire. Alors elle lisait leur courrier aux voisines, aux copines. Mais le petit Pedro voyait bien qu'elle ne lisait pas tout à fait ce qui était écrit. Elle inventait, elle brodait, elle modifiait : elle lisait ce qu'on voulait entendre ! C'est comme ça que Pedro Almodovar a compris la chose la plus importante selon lui : la relation entre réalité et fiction. C'est là qu'est née sa passion pour le mensonge sublime du cinéma.

"Almodovar, tout sur ses femmes" (52 minutes), documentaire de Sergio Mondelo : mercredi 8 mai à  22h40 sur Arte, ou dès maintenant en replay. 

  • Légende du visuel principal: Penelope Cruz est à l'affiche du nouveau film de Pedro Almodovar, en compétition à Cannes. © AFP / GABRIEL BOUYS / AFP
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.