On ne saura jamais vraiment comment les autres nous voient. Pensez-y ce soir devant France 3 en regardant Marguerite, le film de Xavier Giannoli avec Catherine Frot. L'histoire d'une cantatrice à la voix de crécelle à qui personne ne dit qu'elle chante divinement faux.

En ce 8 mars, ayons d'abord une pensée pour Marguerite Yourcenar, première femme à être entrée à l'Académie Française en 1980. Aujourd'hui, les Immortels comptent quatre femmes sur trente-quatre membres : à ce rythme-là, on sera à 50-50 d'ici un bon siècle. 

Mais c'est une autre Marguerite qui est diffusée ce soir sur France 3 ! La délicieuse, la géniale, l'inimitable Catherine Frot dans le film de Xavier Giannoli qui lui valut le César de la meilleure actrice. C'est la première diffusion télé en clair de ce film sorti en 2015 et ça passe sur France 3 parce que la chaine a en partie financé le film. D'ailleurs les règles devraient bientôt bouger, en la matière. Pour l'instant, une chaine gratuite doit attendre au moins deux ans après la sortie en salle pour diffuser un film. Un rapport sera remis demain à la ministre de la culture et une réforme est attendue. L'idée est de voir les films à la télé moins longtemps après leur sortie au cinéma. 

Hilarante réflexion sur l'hypocrisie

C'est donc l'histoire d'une femme qui chante faux. Divinement faux. Sublimement faux. Le film de Xavier Giannoli est inspiré d'une histoire vraie (on se souvient que Stephen Frears en a fait aussi un film, avec Meryl Streep). Nous sommes dans les années 1920. Marguerite est passionnée d'art lyrique. Elle est aussi très riche, alors personne ne lui dit que Mozart et Bellini se retournent dans leur tombe à chaque fois qu'elle s'attaque à eux. Personne n'ose lui dire qu'elle chante faux parce que c'est elle qui paie : elle entretient un cercle musical, organise des grands concerts chez elle. On l'écoute chanter, on pouffe de rire et on applaudit. Xavier Giannoli offre là une brillante et hilarante réflexion sur l'hypocrisie. 

Mais on ressent aussi beaucoup de tendresse pour cette cantatrice à la voix de crécelle. C'est là que le film est très subtil et s'éloigne de la caricature. Oui, on rit beaucoup mais on est aussi très touché par cette femme qui deviendrait folle, elle le dit elle-même, si elle ne pouvait plus chanter. Voilà qui donne à réfléchir sur le sens de la politesse. Celle-là même qui nous empêche de dire à un camarade chroniqueur du 5-7 : "Oula, t'as une sale gueule, t'as pas assez dormi ?"

Politesse et sincérité

Jusqu'où la politesse et la sincérité sont-elles compatibles? Le mari de Marguerite, dans le film, protège sa femme du ridicule en tentant de la dissuader de chanter devant un vrai public, mais son amour pour elle se révèle beaucoup plus sincère qu'il n'y parait. A quoi bon dire la vérité si la personne en face n'est pas capable de l'entendre? En outre, ce film nous rappelle avec brio qu'on ne se voit pas nous-même, comme Marguerite ne s'entend pas chanter. Nous sommes tous des Marguerite ! Votre reflet dans le miroir ne vous dira jamais vraiment comment les autres vous voient. Cet angle mort de la connaissance de soi n'est-il pas essentiel pour rester vivant ? Autant de questions posées par une très attachante casserole. 

Marguerite de Xavier Giannoli, avec Catherine Frot et Michel Fau. Sur France 3 le 8 mars à 20h55. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.