"Skam", c'est la série qui cartonne auprès des ados. Dans cette nouvelle saison, une lycéenne subit un déni de grossesse. En s'attaquant à un sujet tabou et en mêlant le drame et la comédie, cette nouvelle saison fait des étincelles. De quoi plaire à ceux et celles qui n'ont plus 16 ans depuis longtemps.

Faites un tour en adolescence. Je vous recommande une série qui fait un tabac  auprès de ceux et celles qui n’emploient jamais cette expression, "faire un tabac" ! Une série pour ado, mais qui a des arguments pour séduire aussi les adultes. Moi, en tout cas, je suis conquise. Skam était, au départ, l’adaptation d’une série norvégienne. Depuis quelques saisons, les personnages et les intrigues sont des créations françaises. La saison 7, qui est diffusée en ce moment sur Slash, plateforme de France Télévision, a été réalisée par Shirley Monsarrat et écrite par Déborah Hassoun. Toutes les deux étaient nouvelles, sur cette série à l’identité solide et au public fidèle. Et le résultat est une belle réussite.  

En temps réel

Le  principe de Skam, c’est que l’intrigue est diffusée en temps réel. Quand une scène se passe un lundi à 6h51, par exemple, elle est diffusée le lundi à 6h51, via les réseaux sociaux, sous forme de séquence très  courte. On peut aussi suivre les personnages sur leur compte instagram. Si on veut regarder la série de façon plus traditionnelle, on attend le vendredi pour la diffusion d’un épisode de 25 minutes qui compile toutes les séquences de la semaine. 

Déni de grossesse

Autre  particularité de Skam, fiction décidément audacieuse, c’est que chaque saison est centrée sur un personnage. On vit tout avec lui ou elle, on est happé par ses émotions et ses états d’âme. Cette fois, c’est Tiffany. Tiff a tout d’une peste, d'une fille populaire obsédée par son apparence. Au fil des épisodes, on va apprendre à mieux la comprendre et s’attacher follement à elle. Tiff, surtout, va vivre une épreuve terrible : un déni de grossesse. A 16 ans, elle accouche dans le vestiaire d’un gymnase alors qu’elle ne savait pas qu’elle était enceinte. Le premier épisode démarre après, quand elle est de retour au lycée. Elle fait croire à tout le monde qu’elle a eu l’appendicite. 

Les épisodes sont construits de façon très subtile, afin que nous aussi, devant notre écran, on flirte avec le déni. On commence par se demander si elle a vraiment eu un bébé, cette ado qui a l’air de prendre tout ça à la légère. Et puis, peu à peu, on comprend qu’elle va mal, on comprend la pression qu’elle subit à la maison pour être toujours parfaite, ne pas faire de vague, et qui n’est sans doute pas pour rien dans ce qui lui est arrivé. On comprend qu’elle a vécu cet accouchement sous X dans  un état de sidération. Et on se retrouve, comme elle, peu à peu rattrapé(e) par la réalité. Je ne vous en dis pas plus, pour ne rien  divulgâcher. Mais Skam parvient, en s’attaquant à ce sujet encore largement tabou, à brosser des portraits de personnages très justes et nuancés. On touche du doigt les tourments de l’adolescence, qui sont universels.  

Rire des malheurs

Surtout, cette saison parvient avec beaucoup de délicatesse à mélanger le drame et la comédie. L’humour et la légèreté sont au rendez-vous. Car Tiffany va savoir s’entourer. S’appuyer sur des nouveaux amis solides. Une bande de copains qui porte la tolérance en étendard et qui a le chic pour rire du pire. Dans cette bande, baptisée « la mif », la famille, tout le monde se vanne sans arrêt. Sans retenue, mais avec un respect immense. Tiffany en sera bientôt convaincue : "Rire de nos malheurs, ça marche à tous les coups". 

Skam, saison 7 : avec Lucie Fagedet, Sohan Pague et Flavie Delangle. A voir gratuitement sur Slash, plateforme de France Télévision. Huit épisodes sur les dix que compte cette nouvelle saison sont déjà disponibles. 

  • Légende du visuel principal: Tiffany (Lucie Fagedet) entourée de "la mif", une bande de copains à l'humour corrosif. © FTV - Thibault Grabherr
L'équipe