Un documentaire glaçant, mais précieux, à voir sur France 5. Matthew, Jordan et Lucas racontent comment ils ont appris, année après année, à se haïr eux-même, dès l'adolescence.

La haine de soi. Jamais cette expression ne m'était autant apparue dans toute son horreur. "Tu deviendras hétéro, mon fils" : le documentaire diffusé sur France 5 le mardi 8 septembre a été tourné aux Etats-Unis. Il donne la parole, en particulier, à trois hommes : Jordan, Matthew et Lucas. Tous les trois ont grandi dans des familles où l'homosexualité est considérée comme une déviance, une maladie, qu'il convient de "soigner". Ils ont subi des thérapies dites "de conversion".

On estime que 700.000 Américains ont été victimes de ces pseudo thérapies. Plus de la moitié avant leur majorité. Dans certains cas, il s'agit de rendez-vous hebdomadaires avec un prétendu psychologue. Dans d'autres cas, ce sont carrément des camps de conversion, où les adolescents sont maltraités, voire même torturés, pour les faire "devenir" hétérosexuels. 

Matthew, après son coming out, n'a pas eu le droit de parler avec sa mère et sa sœur pendant trois ans. Il était ado, il vivait sous le même toit qu'elles mais avait l'interdiction de leur adresser la parole parce qu'un pseudo thérapeute avait décrété qu'il était "trop influencé par les femmes de sa famille". Lucas, lui, a subi les pires sévices dans un camp de conversion à l'âge de 13 ans. Le camp en question a fermé depuis, Lucas revient sur place et raconte les coups, les viols, l'enfermement. Il avait 13 ans. Son témoignage est déchirant, mais précieux Caroline Benarrosh, la journaliste, documente des pratiques qu'on croirait d'un autre siècle. C'est bien le 21ème siècle, aux Etats-Unis. Et si ces pratiques sont marginales, elles n'en sont pas moins abominables. Les méthodes de ces camps sont illégales souvent, mais les thérapies de conversion, elles, sont encore autorisées dans trente états américains.  

L'un des arguments les plus glaçants de ces "conversions" : prétendre que l'homosexualité est toujours la conséquence d'un traumatisme de l'enfance. Et donc une maladie qui se soigne. 

Des militants se battent pour faire interdire ces thérapies, mais on découvre à quel point il est compliqué, aux États-Unis, que la loi mette son nez dans la vie des religions. 

Les victimes qui témoignent ici ont appris toute leur adolescence à se détester. Elles doivent aujourd'hui se reconstruire, s'assumer. Et tenter de se débarrasser de cette fameuse haine de soi. 

"Tu deviendras hétéro, mon fils. Documentaire de Caroline Benarrosh, ce soir à 20h50 sur France 5. Documentaire suivi d'un débat animé par Marina Carrère d'Encausse. 

  • Légende du visuel principal: "Tu deviendras hétéro mon fils" raconte le parcours de 3 jeunes hommes forcés à faire des thérapies de conversion © capture écran du documentaire
L'équipe