Un homme et une femme divorcent et se déchirent pour la garde de leur enfant : une histoire tragiquement banale pour un film exceptionnel, signé Noah Baumbach. Scarlett Johansson et Adam Driver, impressionnants de justesse, sont présentés comme favoris dans la course aux Oscars.

Comme son nom ne l'indique pas, Marriage Story est l'histoire d'une séparation. Pas très joyeux, me direz-vous. Mais les films de divorce, quand on y songe, représentent un genre important de l'histoire du cinéma : Scènes de la vie conjugale, Kramer contre Kramer, La guerre des Rose, Les Noces rebelles, Annie Hall, et j'en passe. Ce film de Noah Baumbach, disponible sur Netflix, mérite une place de choix dans la liste. C'est un grand film, porté par deux grands acteurs : Scarlett Johansson joue Nicole, une comédienne de théâtre qui vit à New-York. Et Adam Driver incarne son mari, Charlie, le metteur en scène de la troupe où joue Nicole. 

La première force de ce film, c'est la scène d'ouverture. Des instantanés de vie quotidienne, avec, en voix off, les commentaires de Charlie dressant un inventaire. 

Ce que j'aime chez Nicole. Elle écoute vraiment quand on lui parle. Trop, parfois. C'est une maman qui joue, qui joue vraiment. Elle est courageuse. C'est une super danseuse. C'est mon actrice préférée. 

Ce film raconte l'engrenage qui va conduire deux personnes à devenir moches, cruelles, blessantes l'une envers l'autre, mais il démarre par une belle illustration de leur amour dans ce qu'il avait de plus quotidien, domestique. Comme il est périlleux de raconter l'ordinaire d'une relation amoureuse, et comme ce film y parvient avec brio ! Noah Baumbach dissèque la complexité du désamour. La frustration, la jalousie, l'impression d'avoir sacrifié sa vie.

Impitoyable mécanique judiciaire

La grande réussite de ce film très sensible tient largement au talent des comédiens. Scarlett Johansson et Adam Driver sont impressionnants de justesse. Il est assez amusant de penser, en les voyant dans ce drame intimiste, que l'une sort tout juste d'un rôle de super-héroïne dans Avengers et que l'autre s'est promené du côté obscur de la force dans Star Wars ! Marriage Story fait figure de favori pour la prochaine course aux Oscars. Ces deux là méritent amplement une statuette. Sans oublier la flamboyante Laura Dern, qui joue l'avocate de Nicole. Une femme fatale et impitoyable, capable de piétiner son ennemi dans un grand sourire, en lui offrant une tasse de thé. Rôle important que celui de l'avocate, car la mécanique judiciaire pour déterminer la garde de leur enfant est au cœur du film. Une mécanique qui semble faite pour que l'humain livre le pire de lui-même. 

Symétrie bancale et impossible

Noah Bambach, le réalisateur, s'est inspiré de son histoire personnelle de divorce. Aussi est-il spécialement touchant de voir que le scénario est pétri d'empathie, pour Charlie et pour Nicole : chacun a ses lâchetés et ses raisons d'en vouloir à l'autre. Impossible de prendre parti. 

On dit souvent qu'on finit par détester l'autre exactement pour les raisons qui font qu'on l'a aimé, au début. L'une des clés de ce film bouleversant, c'est la symétrie. Beaucoup de scènes se répondent, en miroir, au début et à la fin : une partie de Monopoly, un soirée de Halloween, une lettre trop difficile à lire... C'est une symétrie bancale et impossible, comme pour montrer avec beaucoup de tendresse ce qu'il reste de l'amour quand il s'en va. Preuve que parfois, la fin est le début de l'histoire. 

  • Légende du visuel principal: Scarlett Johansson et Adam Driver. © Netflix
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.