Ce soir sur France 2, les Victoires de la musique seront l'occasion de voir des musiciens jouer "en vrai", devant un public. Avez-vous remarqué comme c'est devenu rare à la télévision? A regarder sans le son, radio allumée.

Nominé dans trois catégories, Orelsan est présenté partout comme le grand favori cette année. Les victoires de la musique, présentées par Daphné Burki, démarrent à 21h sur France 2 ce soir. Mais sur France Inter, c'est à 20h. Voici mon conseil : vous allumez la télé, vous coupez le son et vous écoutez la radio ! Vous profitez ainsi de la musique, du petit discours de remerciement à chaque remise de prix et ensuite vous entendez l’artiste en interview, avec Leïla Kaddou Boudadi et Didier Varrod.

Musique classique et patinage de vitesse

Il y a pas mal d’occasions où ce dispositif radio + télé est recommandé, d’ailleurs. Le sport, notamment. Quand on est friand des commentaires de tel ou tel journaliste radio. Mais pas seulement ! Quel plaisir de regarder un match de foot en écoutant de la bonne musique : ça tombe bien, Michka Assayas et son « very good trip » démarrent sur Inter à 21h, un horaire de coup d’envoi s’il en est. L’idée n’est pas de s’épargner les commentaires des journalistes télé, mais de vivre une expérience différente. Se concentrer sur la beauté du geste sportif sans forcément tout comprendre. Prenez les Jeux Olympiques d’hiver, qui ont démarré hier en Corée du Sud. Je suis sûre que l’épreuve de patinage de vitesse 3.000 mètres femme, diffusée demain à midi sur France 2, ira à merveille avec « la preuve par Z » ! La musique choisie par Jean-François Zygel rendra encore plus spectaculaire la chorégraphie des patineuses penchées en avant, un bras derrière le dos. Et puis vous savez qu’avec le décalage horaire, certaines épreuves sont diffusées à un horaire où les commentaires techniques ne sont pas les bienvenus. Ainsi, dans la nuit de samedi à dimanche, à 4 heures du matin, vous regardez du ski (la mythique épreuve de descente) avec « sur les épaules de Darwin » dans les oreilles. Ecouter Jean-Claude Ameisen et s’émerveiller devant le génie du corps humain capable d’avaler aussi vite une piste de ski verglacée. Une expérience unique ! 

Revenons-en aux Victoires. Avez-vous remarqué comme la musique live est rare à la télé ? Des chanteurs, des musiciens, qui jouent de la musique, par forcément en direct mais « en vrai », devant un public. Il y a bien Taratata. « Emission 100% live », c’est même le slogan de l’émission de Nagui, mais c’est seulement une fois par mois, en deuxième partie de soirée. Autre îlot de musique, toujours sur France 2 : Alcaline, qui diffuse des concerts, mais là aussi c’est tard et très sporadique. 

Concert intimiste pendant le dîner sur France 5

« C à vous » sur France 5 propose aussi un peu de musique en fin d’émission : ce n’est pas systématique, mais cette émission qui marche très bien apporte une précieuse visibilité aux artistes (même si c’est parfois un peu étrange, cette ambiance de concert intimiste, avec seulement Anne-Elisabeth Lemoine, ses chroniqueurs et ses invités en train de dîner en guise de public : pas idéal pour le tonnerre d’applaudissements !)

Morceaux raccourcis sur TMC

Enfin il y a Quotidien, l’émission de Yann Barthès sur TMC. Cette fois on a le public, une ambiance de concert, une belle programmation… mais des chansons qui sont souvent réduites comme peau de chagrin : deux minutes à peine. Sans doute pour ne pas lasser le téléspectateur et parce que la musique peut-être très clivante : si je n’aime pas ce groupe, je zappe. Eh bien malgré cette contrainte de tronçonner le morceau, les artistes se bousculent pour jouer sur la scène de Quotidien. Voilà qui est assez révélateur du rapport de force et du peu de place accordée à la musique dans le petit écran. Bonne raison d’en profiter ce soir devant les Victoires. 

Légende du visuel principal:
Jeanne Cherhal aux Victoires de la musique en 2016 © Getty / Tony Barson
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.