Dans cette série réjouissante à voir sur OCS, une femme de 45 ans se retrouve seule à la maison, après le départ de son fils, et se met à explorer sa sexualité. Une réflexion, tout en finesse et humour, sur la place que prend la pornographie dans la vie intime de chacun.

Quoi de plus compliqué à filmer que les fantasmes ? Beaucoup de films et de séries se sont déjà essayés à montrer l’imaginaire sexuel d’un personnage, pour le meilleur et pour le pire. Eh bien là, on est dans le meilleur. Avec une touche d’humour qui ne gâche rien du tout à la sensualité. Courez voir "Mrs Fletcher" : sept épisodes de 30 minutes, disponibles sur OCS. 

Laissez-moi d’abord vous raconter l’histoire, de cette série américaine créée par HBO. Mrs Fletcher, interprétée par la formidable Kathryn Hahn, est une femme de 45 ans. Elle est divorcée, et vit avec son fils, Brendan. Mais ce dernier, au début de la série, part à l’université. Alors elle se retrouve seule et le vit très mal. Peut-elle compter sur sa meilleure amie pour la consoler ? Pas sûr. Cette dernière lui explique qu'avec son corps de MILF, elle va forcément réussie à se recaser. 

Quand l'imagination s'affole... 

MILF, le mot est lâché. Mother I’d like to fuck. Une mère qui suscite le désir, donc ! C'est en tapant ces quatre lettres sur internet, « MILF », qu’Eve va s’ouvrir à de nouveaux horizons. Oui, Mrs Fletcher s’appelle Eve, ce n’est sans doute pas un hasard ! Elle se met à regarder du porno et réveille ainsi sa sexualité. La masturbation commence à prendre beaucoup de place dans sa vie. Evidemment, parfois cela a quelques conséquences sur la relation aux autres, l’imagination s’affole. Cela donne notamment une scène très drôle au supermarché, quand on lui propose de goûter une glace en promotion. Tout l’enjeu, c’est de savoir quoi faire de ce désir décongelé. Mrs Fletcher, au même moment, s’est inscrite à un atelier d’écriture où elle rencontre des nouveaux amis...

Un double récit d'initiation

Tom Perrota, le créateur de cette série, apporte une réflexion intéressante sur la pornographie. Tandis que la mère progresse vers plus de légèreté et d’auto-exploration, le fils va devoir faire le chemin inverse, en quelques sortes. Brendan, on le comprend sans que ce soit surligné, a regardé beaucoup de porno : il recrée, dans sa vie sexuelle, des schémas parfois violents où le plaisir partagé, le consentement, ne sont pas franchement des priorités. Il ne s’agit pas du tout de faire le procès ou l’apologie du porno, mais de s’interroger sur l’influence que ces images ont sur l’intimité de chacun. C’est passionnant, et drôle, et jamais lourdingue.

J’ai de franches réserves, cela dit, sur le personnage du fils, que je trouve caricatural, trop odieux pour être vrai. Mais à part ça, cette série est un coup de cœur. Finalement, dans « Mrs Fletcher », il y a toute la gravité ET toute la légèreté d’un refrain qu’on connait bien : être une femme libérée, tu sais, c’est pas si facile !

« Mrs Fletcher » : tous les épisodes de la saison 1 sont disponibles sur OCS, pour les abonnés. 

  • Légende du visuel principal: 2019 Home Box Office, Inc. All rights reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.