Samir tombe amoureux de la maître-nageuse, alors il fait semblant de ne pas savoir nager et s'inscrit à des cours. Un film touchant, drôle et poétique qui bouscule les codes de la comédie romantique. A voir sur Arte.

Voilà un film plein d’humour, de délicatesse et de bonnets de piscine. Bienvenue à la piscine Maurice Thorez de Montreuil. Samir est tombé sous le charme de la maître-nageuse, Agathe. Une femme pas très commode et franchement distante. Alors pour essayer de la séduire, il fait semblant de ne pas savoir nager et prend des cours.  

De Montreuil à l'Islande

Ce qui est très beau, dans « l’effet aquatique », c’est que l’histoire pourrait ressembler à celle d’une comédie romantique tout ce qu’il y a de plus banale : un homme invente un gros mensonge pour se rapprocher d’une femme. Et ça marche, une idylle démarre. Mais le mensonge est dévoilé : Agathe découvre que Samir savait nager, alors elle est vexée d’avoir été bernée… avant de réaliser qu’il a menti parce qu’il était amoureux. Un peu comme dans toute les comédies romantiques les plus guimauves !

Sauf que pas du tout. Le scénario part en quenouille, on se retrouve en Islande au congrès international des maîtres-nageurs (!) et cette histoire d’amour compliquée devient presque un peu absurde. L’histoire n’est pas crédible ? On s’en moque comme de son premier maillot ! Parce qu’il y a dans ce film un grain de folie unique, signé Solveig Anspach.  Une cinéaste qui a aussi signé des documentaires : c’est sans doute pour cette raison que dans ses fictions, elle se détache du réel avec jubilation.

Formidable Florence Loiret-Caille

La meilleure raison de ne pas rater ce film, c’est Florence Loiret-Caille. Une comédienne formidable, qu’on voit trop peu au cinéma ! Elle promène dans tous les films une grâce, une simplicité et une étrangeté vraiment à part et très touchantes. Géniale aussi dans « le bureau des légendes », la série de Canal Plus.

Rappelons que Solveig Anspach, la réalisatrice, est morte en 2015, peu avant que « l’effet aquatique » sorte en salle. C’est d’autant plus émouvant que ce film célèbre l’élan d’une nouvelle vie à la faveur d’une rencontre. 

Je n’avais jamais réalisé à quel point une piscine municipale pouvait être un décor propice au cinéma ! Sans doute une histoire de profondeur de champ. Une histoire d'amour comme un délicieux prétexte pour filer la métaphore de la natation : avoir peur de sauter dans le grand bain, peur de boire la tasse… et puis se jeter à l’eau et se laisser porter.

« L’effet aquatique » de Solveig Anspach, ce soir sur Arte à 20h55. Et en replay sur le site d'Arte. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.