Caché derrière un fond vert, un étranger sillonne le Brésil. Ses plans aux allures de collages racontent les mille visages d'un pays tourmenté. Documentaire garanti avec trucages à voir gratuitement sur Tënk.

Seize minutes d'humour et de poésie qui brossent un portrait sensible du Brésil. Green Screen Gringo est un bijou de documentaire, que France Inter vous offre en partenariat avec Tënk (plateforme de documentaire disponible sur abonnement).

Cliquez ici pour voir le film gratuitement jusqu'au 16/03/18.

Au Brésil, un gringo est un étranger. Ce gringo-là est néerlandais et il a une habitude surprenante : Douwe Dijkstra se promène avec un fond vert. Ce dispositif, très utile au cinéma ou pour la météo à la télévision, permet d’incruster un objet ou une personne dans une image. Ce Néerlandais a eu l’idée géniale de sortir le dispositif de l'espace sécurisé des studios. Son fond vert est tout léger, il fait la taille d’une armoire. Douwe Dijkstra le tient dans les mains et se filme un peu partout. On ne voit que ses pieds et ses mains qui tiennent le fond vert, lui est caché derrière. On le voit, par exemple, trimbaler son fond vert sur la plage puis s’installer derrière le sauveteur en mer perché sur sa chaise haute. Et un peu plus tard dans le film, on verra ce même sauveteur... au milieu d’un musée ! Des trucages comme celui-là, il y en des dizaines dans le film. Le résultat est saisissant de réalisme, sauf qu’on nous a montré que c’était truqué. 

Documentaire avec effets spéciaux

De quoi s’interroger sur notre rapport au réel : doit-on croire ces images ? On doute du moindre plan. Mais après tout, pourquoi une image truquée ne pourrait-elle pas montrer la réalité ? Ce film, c’est un patchwork qui raconte le Brésil d'aujourd’hui. Ces collages permettent de faire coexister dans le même plan, dans la même scène, toutes les facettes d’un pays fragmenté. 

Le film a été tourné en 2016, au moment de la destitution de Dilma Roussef. On voit notamment un manifestant crier sa colère dans un mégaphone : « le peuple brésilien a été volé trop longtemps ! » Et ce monsieur, toujours grâce au fond vert, se retrouve soudain au milieu d’une foule de touristes en train de faire des selfies devant les chutes d’Iguazu, l’un des merveilles naturelles du Brésil. Avec toute la naïveté assumée d’un gringo, ce brillant cinéaste nous dit : voilà, le Brésil, c’est tout ça à la fois. Ces collages racontent la complexité d’un pays en pleine ébullition politique et sociale. 

Jouer à chercher les trucages

Pas de voix off, pas de commentaire. La bande son qui accompagne l’image est très soignée. Des extraits de radio, de la musique, des sons de la rue : des tranches de vie quotidienne qui offrent une immersion envoûtante dans ce pays qui ne l’est pas moins. Et puisque le film ne dure un petit quart d’heure, je vous conseille même de le regarder deux - trois fois ! Parce qu’on ne voit pas tous les trucages la première fois et qu’il est assez jubilatoire de jouer à chercher les ajouts dans chaque image. Ce petit monsieur sympathique qui parle très fort dans son téléphone, on l’a vu au marché, mais combien de fois revient-il dans le film ? Voilà qu’un documentaire peut aussi être ludique sans jamais cesser de sembler réel. On navigue entre la photographie politique d’un pays en crise et la performance poétique : tout est une question de dosage des effets spéciaux. Un dosage que ce gringo maîtrise à la perfection. 

Green screen gringo. A voir sur Tënk. C'est gratuit pendant une semaine seulement.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.