Ce documentaire, à voir sur Canal Plus, est basé sur les archives sonores d'un procès historique. En 1964 en Afrique du Sud, neuf militants anti-apartheid, parmi lesquels Nelson Mandela, sont condamnés à la prison à perpétuité. Ces enregistrements, longtemps illisibles, ont été récemment exhumés.

Nelson Mandela, on le sait, a passé 27 ans derrière les barreaux. Lui et d’autres militants contre l’apartheid ont été condamnés à la prison à perpétuité, au terme d’un procès qui s’est tenu en 1963 à Pretoria. Il n’existe aucune image de ce procès, mais il y a du son. 256 heures de son. Car les audiences ont été enregistrées. Ces archives, en mauvais état, ont longtemps dormi sous la poussière. Elles étaient illisibles, pour des raisons techniques que je vous épargne. Et puis en 2016, trois  ans après la mort de Mandela, un ingénieur français est finalement  parvenu à les numériser. C’est la matière première  de ce film, sorti au cinéma en 2018 : "Le procès contre Mandela et les autres" est désormais disponible sur Canal Plus.

Écouter son procès, 50 ans après

Comment passe-t-on d’une archive sonore à un film ? C’est là que ce documentaire est exceptionnel. Nicolas Champeaux et Gilles Porte, les deux réalisateurs, sont allés voir les accusés, ceux qui étaient encore en vie (il en restait trois à  l’époque). Ils sont allés voir leurs avocats et Winnie Mandela,  militante de l’ANC, qui fut la femme de Nelson Mandela. A tous, ils ont mis un casque sur les oreilles pour leur faire entendre le procès. Comment vous dire la puissance de ces images ? On les regarde écouter ce moment qu’ils ont vécu, plus de 50 ans après, on écoute avec eux, et voilà que leurs yeux se voilent, que leur visage se  fige : l’émotion et la colère sont intactes.  Ils se mettent à nous raconter cet événement historique comme si on y était. Notamment le discours de Nelson Mandela, pendant le procès. Mandela  assume les sabotages. Le recours à la violence, dit-il, était devenu  inévitable en raison de la politique raciste du gouvernement sud-africain. 

L'excellent choix du dessin d'animation

Ce film est donc construit sur des archives et des souvenirs, mais pas  seulement. L’autre idée géniale, c’est d’avoir utilisé le dessin d’animation. Le trait subtil, en noir et blanc, d’un artiste qui se  fait appeler Oerde. Parfois, le dessin est fidèle à la scène, il a des allures de reconstitution et colle à l’archive sonore (qui est sous-titrée en français, bien sûr). Cela permet de ressentir l’atmosphère étouffante de l'audience. Mais à d’autres moments, l’artiste prend des libertés avec le réel. Le  procureur impitoyable se transforme en chauve-souris. Surgissent des  formes, des ombres, des images abstraites... toujours au  service du son. Quand on entend, dans l’archive, quelqu'un qui remplit un verre d'eau, ce verre apparait à l’image et devient soudain immense : ce sont les accusés de ce procès inique qui semblent se noyer. Formidable réussite, que cet équilibre entre le figuratif et l’abstrait. 

Faute d'images du procès, des dessins ont été réalisés pour l'illustrer
Faute d'images du procès, des dessins ont été réalisés pour l'illustrer / UFO Distribution

Plus qu'un procès, une tribune politique

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que Mandela et les autres accusés étaient sûrs qu’ils allaient être condamné à mort. Ils avaient donc décidé de faire de ce procès une tribune politique. Tant qu’à  être pendus, autant expliquer pourquoi ils se battaient contre  l’apartheid, contre la ségrégation raciale. Défendre la liberté d’un  peuple plutôt que sa propre vie. Winnie Mandela, quant  à elle, se souvient des cris de ralliement des manifestants venus  soutenir les accusés devant le tribunal.

Power to the people ! Amandla Ngawethu 

Le  pouvoir au peuple ! Et elle lève le poing bien haut, cette petite dame  de 83 ans. Ce fut sa dernière interview, elle est morte peu  de temps après. Ce film est bouleversant, mais il est aussi galvanisant. C’est une impressionnante leçon de courage, d’espoir et d’humanisme. Nicolas  Champeaux, co-réalisateur de ce documentaire, est un ancien journaliste  de RFI. Un homme de radio. Ce n’est pas un hasard, évidemment. Ces images prouvent de façon magistrale le pouvoir du son.    

« Le  procès contre Mandela et les autres » : à voir sur My Canal, la  plateforme de Canal Plus, pour les abonnés. 

  • Légende du visuel principal: Winnie Mandela témoin de ce documentaire sur le procès de son mari Nelson © UFO Distribution
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.