Tel bateau pèse l'équivalent de 22 tours Eiffel. Tel chantier s'étend sur l'équivalent de 17 terrains de foot. Sur RMC Découverte, c'est une habitude : on propose des ordres de grandeur au téléspectateur. La volonté de pédagogie est louable, mais la ficelle un peu usée et usante.

Je suis un peu allergique aux chiffres. Chacun ses intolérances. Dès qu'il y a trop de chiffres, je panique. Imaginez un peu mon désarroi quand j'ai visionné en avant-première le documentaire sur le musée du Louvre qui sera diffusé mercredi 10 avril sur RMC Découverte :

Le Louvre, ce sont 10 millions de visiteurs qui déambulent dans un dédale de salles et de couloirs. Au total, 14 kilomètres de parcours parfaitement étudié, pour contempler près de 40.000 œuvres. Le musée compte 11 escalators, 75 ascenseurs, 10.000 marches.

J'ai  le tournis. Et bien sûr, je n'ai rien retenu. Heureusement, RMC Découverte a trouvé la solution pour m'éviter le malaise : comparer ces chiffres à quelque chose qui me parle. Le football, par exemple, ça me parle :

Depuis le les souverains de France ont édifié un château puis un palais, le plus grand d'Europe. 210.000 mètres carrés de surface. L’équivalent de 30 terrains de football. 

Bonne idée que de prendre le téléspectateur par la main en lui donnant un ordre de grandeur. C'est un peu comme quand il grêle : on dit que les grêlons font la taille d'un petit pois, ou d'une balle de ping-pong, ou d'une balle de tennis, ou d'une pastèque. Non, rarement d'une pastèque. Mais enfin, vous voyez l'idée. Le procédé est fréquent. Le problème, c'est que sur RMC Découverte, c'est devenu une maladie. Les poids et mesures sont systématiquement comparés à un truc censé  nous parler. Exemple avec un documentaire récent sur l'Amoco Cadiz, le pétrolier qui a fait naufrage en Bretagne en 1978 : on y apprenait que le moteur de ce bateau faisait la puissance de 40 Formule 1 et contenait l'équivalent de 9.000 camions citerne. Mais surtout :

Une fois chargé, l'Amoco Cadiz pèse l'équivalent de 25 tours Eiffel.

A  ce stade, deux question s'imposent : Gustave Eiffel imaginait-il que sa  tour deviendrait une unité de mesure ? Mais surtout : franchement, est-il plus clair ou plus parlant de dire que le bateau fait le poids de 25 tours Eiffel que de donner son poids en tonnes ? Qui se représente le poids de la tour Eiffel ? 

Objectif : parler aux hommes...

Évidemment,  si tous les journalistes et auteurs de documentaires utilisent les mêmes ordres de grandeur, c'est que ces béquilles pour écrire le superlatif font l'objet d'une charte plus ou moins implicite. Et au-delà de la plaisanterie, cette étrange manie raconte des stéréotypes sexistes. Parce que RMC Découverte s'adresse en priorité aux hommes. Le cœur de cible de la chaîne, précisément, ce sont les hommes entre 25 et 49 ans. Comment parle-t-on à des hommes ? Avec des terrains de foot, des moteurs de Formule 1, des camions citernes. Bonjour les clichés ! Et avec des tours Eiffel. Si j'osais, je convoquerais Sigmund Freud pour y voir un symbole phallique. Reconnaissez que cette vision étriquée de la masculinité est un peu désolante. Il est temps de réclamer plus de créativité dans les analogies de poids et mesures. Pitié, lâchez la grappe de la tour Eiffel et trouvez autre chose !

Par ailleurs, je conseille vraiment le documentaire sur le Louvre. Je le dis sincèrement. J'ai appris des choses passionnantes sur les 800 ans d'histoire de ce musée. Et surtout sur la prouesse architecturale qu'a représenté, dans les années 80, la construction de la pyramide : c'était loin d'être évident, de faire tenir debout cette immense structure en verre et en acier, qui pesait 105 tonnes au total. Vous  imaginez? 105 tonnes ! C'est l'équivalent de 105 tonnes de pastèque.  

"Le Louvre, un musée pharaonique". Documentaire de Pauline Legrand (durée 1h). Mercredi 10 avril à 20h50 sur RMC Découverte.
 

  • Légende du visuel principal: Une Tour Eiffel © Getty
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.