A voir ce mardi sur Arte : “L'Irrésistible ascension d'Amazon”. Un documentaire éclairant et très critique sur la situation de monopole dans laquelle s'est installée l'entreprise créée il y a 25 ans par Jeff Bezos.

Les courses de Noël étant un peu compliquées le samedi dans les magasins en ce moment, nombreux sont ceux qui se concentrent sur les achats en ligne. Aussi, je vous conseille de voir ce documentaire avant de cliquer frénétiquement. "L’Irrésistible ascension d'Amazon" sera diffusé sur Arte mardi 11 décembre à 20h50 (et disponible en replay pendant une semaine). Le titre peut donner l’impression qu’on va vous raconter une belle histoire, mais le propos est en réalité très critique. 

Certes, il y a tous les ingrédients de la jolie « success story ». Ils étaient une poignée, en 1994, installés dans un garage de Seattle pour créer une librairie en ligne. Jeff Bezos, le fondateur, faisait lui-même une partie des livraisons et il rêvait du jour où il pourrait se payer un chariot élévateur. Vingt-quatre ans plus tard, les colis livrés se comptent en centaines de milliards dans le monde entier. Et Jeff Bezos est l’homme le plus riche du monde. Amazon n’est plus une librairie, c’est un supermarché qui vend tout, absolument tout, y compris de la vidéo. D’ailleurs Jeff Bezos explique très sereinement que quand Amazon Prime Video a décroché un Golden Globe pour la série « Mrs Maisel », ça lui a permis de vendre plus de chaussures. Belle illustration d’une stratégie transversale. 

Le chemin de fer du XXIe siècle

C'est bien ce qui est fascinant dans ce documentaire : la stratégie de Bezos, que l’on peut résumer ainsi : l’obsession de la croissance. Les premières années, chaque dollar gagné est réinvesti dans l’entreprise. L’objectif était de financer des promotions très attractives pour attirer plus de clients et booster les ventes. Résultat, un monopole s’est installé, explique Lina Kahn, spécialiste du sujet :

Si vous êtes un fabricant ou un vendeur indépendant, vous devez passer par Amazon aujourd'hui. Amazon est le chemin de fer du XXIe siècle. On est face à une entreprise unique et super-puissante qui fait ce qu'elle veut, sans aucun contrôle. 

Amazon ne crée pas de la richesse mais prélève de la richesse, dit encore un autre expert. Et l’envers du décor, ce sont des livreurs très précaires et payés une misère, des conditions de travail déplorables dans les entrepôts qui traitent les commandes.  

Optimisation fiscale féroce

L’attitude fiscale du groupe est aussi évoquée. En insistant sur un point intéressant : Jeff Bezos dit clairement que sans les infrastructures existantes (notamment les routes), bâties pendant des décennies par les villes, les Etats et les finances publiques, Amazon n’existerait pas :

Les grosses infrastructures qui ont soutenu Amazon étaient déjà en place. Si nous avions dû nous occuper des livraisons, il y a 20 ans, cela aurait coûté des milliards de dollars. Cela aurait été impossible pour une entreprise comme Amazon. 

En pratiquant une optimisation fiscale féroce, Amazon refuse de contribuer à la rénovation des infrastructures qui lui ont permis d’exister. Quant à ce modèle économique de la croissance permanente, il trouve son paroxysme avec le projet spatial de Jeff Bezos, Blue Origin. S’il veut coloniser l’espace, c’est pour ne pas avoir à se soucier des ressources limitées ou de la survie de la planète. La pire menace qui pèse selon lui sur l'humanité, c'est la stagnation. Une chose est sûre : vous ne verrez plus pareil cet inoffensif petit logo en forme de sourire que l’on croise partout, tout le temps.

L’Irrésistible ascension d’Amazon, documentaire de David Carr-Brown à voir sur Arte mardi 11 décembre à 20h50. 

  • Légende du visuel principal: Jeff Bezos a créé Amazon dans son garage à Seattle en 1994. L'entreprise est devenue numéro 1 mondial de la vente en ligne et lui l'homme le plus riche du monde. © Aucun(e)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.