L'époque parait si loin et si proche. France 2 commémore les 40 ans de l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand avec un documentaire volontiers nostalgique et très bien ficelé. Seul regret : il ne propose aucune réflexion sur ce qu'est devenue la gauche aujourd'hui, au regard de ces années-là.

Rassemblement parisien place de la Bastille après la victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981.
Rassemblement parisien place de la Bastille après la victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981. © AFP / DOMINIQUE FAGET / ARCHIVES / AFP

"1981 : changer la vie ?" est diffusé sur France 2 mardi 11 mai à 21h (et disponible sur le site de France Télévision). D'abord, une question : à qui ce film de Cécile Amar et Stéphane Benhamou s’adresse-t-il ? Est-ce un documentaire pour alimenter la nostalgie de celles et ceux qui ont vécu cette période ? Ou un récit à destination des plus jeunes ? Réponse : après l’avoir vu, je le conseille à tout le monde. Si vous étiez là, il y a des chances que vous soyez touchés (quelle que soit votre opinion politique, d’ailleurs). Mais si vous n’y étiez pas, ce récit intelligent et rythmé des premières années de la Mitterrandie devrait vous embarquer. 

C’est comme un vieil album de famille, finalement : les photos séduisent les grands-parents, pour les souvenirs, et les petits enfants qui aimeraient comprendre comment c’était. Dans ce documentaire, ce sont les images d’archives, très bien choisies, qui jouent ce rôle de support fédérateur. 

Anna Mouglalis aux commentaires

Il faut prendre la mesure de ce que représente 1981 : on n’avait jamais connu l’alternance, sous la 5ème République. Dans l’imaginaire collectif, la droite était installée au pouvoir pour l’éternité ou presque.  

Clin d’œil astucieux et plein d’ironie : c’est une comédienne de la série "Baron Noir" qui a été choisie pour la voix off de ce documentaire. Et pas n’importe quelle voix : celle d’Anna Mouglalis. La musique qui accompagne ce documentaire est largement puisée dans la bande son des années 1980 : Téléphone, Bashung, Trust ou les Clash. Effet madeleine de Proust garanti. Et le sujet est bien la politique menée par la gauche au pouvoir : la retraite à 60 ans, la cinquième semaine de congé payé, les nationalisations, l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, l’avènement des radios libres, et j’en passe. 

1983, le désenchantement

Il ne s'agit pas de raconter les deux mandats de François Miterrand. Le choix a été fait de s’arrêter en 83, à la fin de l’état de grâce. Cela permet de prendre le temps de raconter en détail la bascule de 81, et le revirement deux ans plus tard. 1983, c’est le tournant de la rigueur ou le retour au réel : cela dépend des points de vue. Jacques Delors, celui qui plaidait au sein du gouvernement pour une inflexion de la politique économique, témoigne dans ce documentaire, c’est assez rare pour être signalé (on l’entend, on ne le voit pas). Sont interviewés, aussi - mais c’est moins exceptionnel, disons - Jack Lang, François Hollande, Ségolène Royal, Lionel Jospin ou Laurent Fabius. Le fils et la fille du président, Gilbert Mitterrand et Mazarine Pingeot, racontent aussi ces années-là, sous un prisme plus intime.

Si loin, si proche

L'époque parait si loin et si proche. C’est une plongée dans un temps où la gauche savait parler au peuple et lui donner de l’espoir. Alors évidemment, on pense à la gauche aujourd’hui, ou à ce qu’il en reste. Et c’est mon seul regret, sur ce documentaire : il aurait été passionnant de confronter les espoirs de 81 et le désenchantement de 83 à la situation d’aujourd’hui, même en y consacrant quelques minutes à peine, pour nourrir la réflexion. A quoi ça sert de feuilleter le vieil album si ce n’est pas pour parler de ce que la famille est devenue aujourd’hui ? 

"10 mai 81 : changer la vie ?" Documentaire à voir ce soir sur France 2 mardi 11 mai à 21h05. Il est déjà disponible gratuitement en ligne, sur le site de France télévision. 

L'équipe