Il est en deuil, elle n'est pas vraiment célibataire, mais David et Charlotte tombent amoureux. Autour d'eux, des couples d'amis s'interrogent sur l'amour qu'il faut réinventer et parfois sauver. "Une belle histoire" est une jolie réussite de fiction française, réflexion tout en finesse sur le couple. En huit épisodes.

La première bonne raison de regarder "Une belle histoire", qui démarre mercredi 11 mars sur France 2, c'est que les créateurs de cette série sont aussi ceux d'"un village français", qui racontait la vie d'un village pendant la seconde guerre mondiale. Gage de qualité, ô combien. Cette fois, le sujet est bien plus touchy que la guerre ou l'Occupation... c'est le couple ! Adaptation très libre d'une série anglaise, "Cold Feet". 

Amours et amitiés

Nous sommes dans le Nord de la France, de nos jours. David, la trentaine, vit seul depuis la mort de sa compagne, cinq ans plus tôt. Il est très entouré par sa bande d'amis, chez lesquels il trouve souvent refuge, en cas de galère d'appartement ou de boulot. Et il rencontre Charlotte, une femme très différente de lui. Elle est cheffe d'entreprise, créatrice de mode, boxeuse sur son temps libre, c'est une femme forte et libre. 

Ce qui ressemble à un coup de foudre se transformera-t-il en une histoire d'amour ? Peut-être, mais rien n'est simple car Charlotte n'est pas célibataire et David s'accroche à son deuil. Pour ne rien arranger, Charlotte s'entend très mal avec les amis de David, sa bande inséparable, qui sont aussi deux couples, chacun avec ses problèmes de fidélité, de désir, d'arrivée d'un enfant ou autre. Ce sont donc ces trois couples, à différents stades de leur histoire, que l'on va suivre au fil des épisodes.

Que sacrifie-t-on de soi dans un couple ?

Le comédiens, pour la plupart, sont très justes, surtout Tiphaine Daviot, qui joue Charlotte et Sébastien Chassagne dans le rôle de David. Et ce qui est le plus réussi, c'est la cohérence psychologique des personnages. Chacun, avec ses névroses, ses failles, ses petites lâchetés ou ses gros défauts, adopte un comportement raccord avec sa personnalité. Les auteurs de la série ont travaillé avec une "psynariste". Le résultat, c'est qu'on adhère aux personnages, on s'attache à eux et on est tenu en haleine. Pour ma part, j'ai avalé les huit épisodes d'une traite, désolée pour vous qui devrez en consommer seulement deux par semaine !

Mais au fait, ce titre, "une belle histoire", ça ne vous dit pas quelque chose ? Oui, c'est une romance d'aujourd'hui. On entend Michel Fugain dans un épisode, mais aussi Véronique Sanson dans un autre, et Piaf et Brel et j'en passe. Et si on parle d'amour qu'est-ce que tu diras ? Finalement, finalement, il nous fallut bien du talent pour être vieux sans être adulte. 

Ces chansons populaires montrent que cette série assume fièrement d'être une comédie romantique, avec ses envolées de tendresse et ses quiproquos, avec ses moment drôles, graves ou mélancoliques. Mais sans rien céder à la complexité des personnages. Et surtout aux questionnements sur la vie à deux. Que faut-il sacrifier de soi pour que le couple tienne? L'amour repose-t-il sur des sentiments réels ou sur les histoires qu'on se raconte? Il est possible que cette dissection du couple parle à pas mal de monde. 

"Une belle histoire", épisodes 1 et 2, mercredi 11/03/20 à 21h sur France 2. Les deux épisodes d'après seront diffusés mercredi prochain et ainsi de suite. 

  • Légende du visuel principal: David et Charlotte (Sébastien Chassagne et Tiphaine Daviot). C'est une romance d'aujourd'hui... © France Télévision
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.