Si les déchets en plastique ravagent la nature, c'est la faute des usagers qui les jettent n'importe où. Surtout pas celle des industriels qui fabriquent toujours plus de plastique et torpillent, grâce à un lobbying intense, toute tentative de changer de modèle. Nouveau numéro de Cash Investigation à voir sur France 2.

Quand Elise Lucet se prend un râteau, elle ne le coupe jamais au montage. Ce nouvel épisode de Cash Investigation n'échappe pas à la règle : on lui raccroche au nez, on lui claque la porte au nez, on ne lui répond pas. C'est devenu une marque de fabrique, alors s'en amuse, elle en rajoute. Évidemment, la mise en scène permet aussi d’insister sur sa ténacité. Mais l’essentiel, c’est la qualité de cette enquête sur la grande intox du plastique.

Addiction catastrophique

Il se fabrique dix tonnes de plastique par seconde dans le monde. Notre engouement pour cette matière est devenu, en à peine 60 ans, une addiction catastrophique pour la planète. Vous verrez dans ce reportage de Sandrine Rigaud des images désespérantes de nature saccagée. Parce que le plastique, c’est sa première qualité et son plus grand défaut, est très résistant. 

De quoi pointer du doigt l’attitude de ceux qui jettent leurs déchets dans la nature ? Bien sûr que celui qui jette une bouteille n’importe où est irresponsable. Mais toute la stratégie des industriels consiste à faire porter le chapeau aux consommateurs pour ne surtout pas se remettre en question, ne surtout pas interroger la surproduction de plastique. Vous connaissez l’association Gestes Propres ? Celle qui installe des poubelles sur les plages et organise des campagnes de pub pour gronder ceux qui jettent n’importe quoi n’importe où... Elle est financée par les plus gros vendeurs de plastique en France ! Coca-Cola, Cristalline, Danone et j’en passe : ce sont eux qui paient ces campagnes. Et dans le même temps, ces groupes s’appliquent à torpiller tout ce qui pourrait réduire la fabrication de plastique.  

Conflits d'intérêt et double jeu des marques

Exemple avec Coca-Cola, pour qui le recyclage du plastique est une priorité, officiellement. Un document interne, qui aurait dû rester confidentiel, montre que la firme se bat vigoureusement contre toute nouvelle réglementation visant à améliorer le taux de collecte et de recyclage des déchets en plastique. Cela donne lieu à un entretien tendu avec le vice-président de the Coca-Cola Company, Michael Goltzman : il explique que ce document, qui date de 2016, ne reflète pas la stratégie actuelle du groupe. Autrement dit, aujourd'hui tout a changé. On est prié de le croire sur parole. 

Les marques communiquent toujours plus sur le recyclage. Mais on a atteint un tel niveau de plastique que le recyclage ne sera jamais à la hauteur. Et c’est surtout une façon d’occuper l’espace pour éviter l’apparition des vraies questions qui fâchent : a-t-on besoin de tant de plastique ? Pourrait-on le remplacer par autre chose ? Conflits d’intérêt, double jeu, promesses chiffrées jamais tenues : attention, regarder cette enquête pourrait bien vous rendre allergique au plastique. 

« Plastique, la grande intox » : nouveau numéro de Cash Investigation, mardi 11 septembre à 21h sur France 2.

Légende du visuel principal:
Toutes les deux secondes, un tonne de plastique finit dans les océans. Un tour du monde de la planète plastique riche en cynisme, en lobbying et en doubles discours. © Premières Lignes Télévision
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.