Sur RMC Découverte, deux candidats tentent de survivre dans un environnement hostile sans nourriture, ni eau, ni vêtement. Ils passent trois semaines tout nus dans la jungle ! Regarde-t-on cette émission pour le plaisir sadique de les voir souffrir ? Sans doute un peu, mais pas seulement.

C'est une émission qui porte un nom un peu terrifiant, à voir sur RMC Découverte : « Retour à l’instinct primaire ». Une émission de télé-réalité qui teste la capacité des candidats à survivre dans des conditions extrêmes. Du déjà vu, me direz-vous. Non. À côté, Koh-Lanta, c’est le Club Med ! Dans « Retour à l’instinct primaire », deux anonymes sont filmés pendant trois semaines dans un environnement très hostile sans eau, sans nourriture et... sans vêtement. 

Une besace opportunément placée

Oui, ils sont complètement nus. Ce programme est l’adaptation française d’une émission américaine baptisée Naked and Afraid (« Nu et Terrifié »). Les candidats portent une besace opportunément placée. Et quand la besace bouge un peu trop, les parties intimes sont floutées à l’écran. Ces gens ne sont pas naturistes, mais les vêtements constitueraient une aide extérieure trop fastoche pour se protéger contre les insectes et les intempéries ! On a donc a atteint le paroxysme de l’émission de survie.

Cette émission est-elle racoleuse ? Sans doute. Mais après tout, ces gens se sont portés volontaires pour souffrir et se dévêtir, personne ne les a forcés. Si ça leur fait plaisir, ne boudons pas le nôtre ! Néanmoins, le succès des émissions de survie ne repose pas uniquement sur le plaisir sadique du téléspectateur. Il y a aussi autre chose. 

"Qu'aurais-je fait à sa place?"

D'abord, on s’interroge sur nos propres capacités. Comme quand on lit Robinson Crusoé. La littérature s’est d'ailleurs penchée sur la survie bien avant la télévision. Qu’aurais-je fait à sa place ? Est-ce que, moi aussi, j’y serais arrivée ? On se pose ces questions sans arrêt et c’est pour cela que les histoires de survivants fascinent : elles interrogent nos propres limites et donc notre humanité. D’où viennent ces forces insoupçonnées que l’être humain peut déployer dans une situation extrême ? 

Je vois un autre intérêt à ce type d'émission : celui de réfléchir à notre rapport au danger. Connaissez-vous les "parents hélicoptère" ? C’est une expression venue des Etats-Unis pour désigner les parents toujours en survol au-dessus de la tête de leurs enfants. Des parents très protecteurs, qui font attention à ce que leur progéniture ne tombe jamais. À la moindre difficulté, on les aide ou on fait à leur place. On se transforme en filet de sécurité plutôt que de leur apprendre à se débrouiller tout seul. On les prive d’autonomie.

Affronter les dangers sans l'aide de personne

L’essor du « survivalisme » (et des stages de survie et des magazines de survie, etc) repose sur les mêmes questionnements. Ceux que la survie intéresse n’ont pas peur de la fin du monde. Ou en tout cas, pas tous. Ce sont surtout des gens qui veulent savoir se débrouiller tout seul. Affronter les dangers sans l’aide de personne. 

Comment voulez-vous apprendre à vous relever si vous n’avez jamais l’occasion de tomber ? Au sens propre comme au figuré. Décidément, la télévision est fascinante : qui aurait cru que des gens tout nus dans la jungle me feraient réfléchir à l’éducation des enfants ?!

« Retour à l’instinct primaire » : c’est à voir sur la chaîne RMC Découverte mercredi 12 septembre à 20h50.

Légende du visuel principal:
Trois semaines dans la jungle sans vêtement ni nourriture. De quoi faire passer Koh Lanta pour le Club Med. © 909 Productions / RMC Découverte
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.