Ce sont des vidéos animées plutôt moches, complètement absurdes et légèrement inquiétantes. "Charlie la licorne" est un phénomène sur Youtube depuis plus de dix ans. Une pépite découverte grâce à Zabou Breitman, qui vient de réaliser un film d'animation (d'un genre diamétralement différent) à voir au cinéma.

Je pourrais commencer en prévenant que je vais vous parler d'un truc bizarre, à voir sur Youtube. Mais on est au-delà du bizarre. C’est du grand n’importe quoi, tellement barré que ça en est dérangeant. J’ai d’ailleurs hésité à en parler, pour garder un chouïa de crédibilité. Et puis tant pis. Voici Charlie la licorne.

Très agaçant, non? Je crois bien que c’est le but recherché. Mais à vrai dire, je n’en sais rien parce qu’il y a beaucoup de mystère autour de ces vidéos d’animation. Ce que je peux vous dire, c’est que Charlie la Licorne fait un carton ahurissant sur le web. Le compteur affiche une centaine de millions de vues si on additionne les différentes versions en ligne. Précision importante : le dessin est moche. Mais là encore, il semblerait que ça soit fait exprès. Le créateur, Jason Steele, a diffusé le premier des quatre épisodes sur Youtube en 2005 (année de création de la plateforme). Pour ma part, je n’en avais jamais entendu parler, jusqu’à cette semaine. Et c’est Zabou Breitman qui m’a présenté Charlie. 

Jubilatoire, cruel, absurde

Que vient-elle faire là-dedans ? La comédienne et réalisatrice a signé une adaptation des « hirondelles de Kaboul » (roman de Yasmina Khadra) en film d’animation, qui est en salles en ce moment. Et à cette occasion, elle parle en interview, dans la presse, des dessins animés qu’elle aime. C’est donc en lisant Télérama, que j’ai découvert Charlie. Voilà qui méritait un coup de fil. Mais pourquoi diable, Zabou ?

C'est comme dans un cauchemar, en fait. Les licornes sont folles, les personnages sont découpés, mal animés. Tout est approximatif et en même temps bien barjot. C'est très drôle et très flippant. J'adore parce que c'est inclassable. C'est irrévérencieux, jubilatoire et cruel. Il y a un absurde autorisé, quoi. C'est ça qui est vachement bien : c'est autorisé. 

Quand il est un peu déprimé, on conseille à Charlie, en chanson, de se mettre une banane dans l’oreille. Et pourquoi pas ? Ces vidéos sont absurdes, oh que oui, mais aussi cruelles et effrayantes. Ce pauvre Charlie, dans l’un des épisodes, se fait voler un rein ! C’est une forme d’’humour qui peut faire penser à du Roland Topor (souvenez-vous de Téléchat), avec un peu moins de poésie, peut-être. J’aime beaucoup cette idée de l’absurde autorisé. Alors oui, vive Charliiiiiie.

Le film de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec, Les hirondelles de Kaboul est au cinéma en ce moment. La dame de chez Maxim (pièce de Feydeau mise en scène par Zabou Breitman), a démarré hier au théâtre de la Porte Saint Martin, à Paris. 

  • Légende du visuel principal: Charlie la licorne (capture d'écran de l'épisode "Charlie the unicorn 1 vostfr")
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.