Le traditionnel “Youtube Rewind”, compilation des moments qui ont marqué l'année, vient de battre un record : 11 millions d'internautes ont cliqué sur un pouce baissé pour signifier qu'ils ne l'aimaient pas. La plateforme vidéo est-elle vraiment trop politiquement correcte ?

Will Smith dans la séquence d'ouverture du "Youtube Rewind 2018". Cette vidéo de huit minutes bat des records historiques de pouces baissés.
Will Smith dans la séquence d'ouverture du "Youtube Rewind 2018". Cette vidéo de huit minutes bat des records historiques de pouces baissés. © Capture d'écran Youtube

On approche de la fin de l’année : c'est l'heure du bilan, ou plutôt du Rewind. C'est une tradition sur Youtube : la plateforme propose chaque année une vidéo pour compiler les moments les plus importants des douze mois écoulés, c’est le "Youtube Rewind". Et l'événement cette année, c’est que la vidéo en question affole les compteurs de dislike ! Comme vous le savez, pour chaque vidéo on peut cliquer sur « like » ou « dislike », pouce en l’air ou pouce en bas. A l’heure où je vous parle, une semaine après avoir été diffusé, le "Youtube Rewind" 2018 affiche 11 millions de « dislike » (pour 2,2 millions de « like »). C’est désormais la vidéo la plus détestée de l’histoire de la plateforme, juste devant un clip de Justin Bieber. Impressionnant. Pour une vidéo fabriquée par Youtube, c'est surtout très ironique. 

Pourquoi tant de haine ? 

A première vue, ce record est étonnant, parce qu'il n'y a rien d'insupportable dans cette vidéo, qui démarre avec un invité de marque : Will Smith. « Si c’était moi qui contrôlais le Rewind, explique l'acteur américain, je voudrais Fortnite et Marques Brownlee ». Fortnite est un jeu vidéo et Marques Brownlee, un Youtubeur américain spécialisé dans les nouvelles technologies. Soudain, on voit surgir le Marques Brownlee en question. La suite de la vidéo est une succession de séquences auxquelles vous ne comprendrez rien si vous ne traînez jamais sur Youtube : des références en pagaille aux buzz qui ont marqué l'année, avec notamment de la K-Pop (la pop musique coréenne) ou le « bongo cat », un chat qui tape sur des bongos (et c'est numéro 1). Vous y verrez aussi deux Youtubeurs Français : Enjoy Phoenix et Furious Jumper. 

Les grands absents

La vidéo dure 8 minutes, le rythme est survitaminé et donne un peu le tournis. Mais le problème serait plutôt ceux qui n'y sont pas : des vidéastes qui ont beaucoup d'abonnés mais qui ont été snobés par Youtube. Voilà la première explication de cette bronca. Il manque PewDiePie ou Paul Logan, notamment. Sauf que le premier s'est distingué par des sorties racistes récemment, et que le deuxième a choqué en publiant la vidéo d'un cadavre. Ils ont eu beau s'excuser ensuite, ils sont devenus indésirables.

Les raisons de ce record de pouces baissés sont aussi politiques. Parce que la vidéo se termine par une séquence d'hommage collectif. Hommage à ceux qui ont réussi, grâce à Youtube, à soutenir une cause qui leur tenait à cœur. Aux femmes qui ont osé donner de la voix contre le harcèlement. Hommage à tous les réfugiés. Il est aussi question de la présence accrue des Asiatiques, beaucoup plus visibles sur Youtube depuis cette année. 

Mieux que Despacito et les handspinners

Tout cela semble sans doute affreusement politiquement correct à certain(e)s. Mais on peut aussi considérer que c'est beaucoup plus engagé que la vidéo de l'an dernier : le "Youtube Rewind 2017" faisait la part belle à la chanson Despacito et aux handspinners, les toupies plates que les gamins du monde entier font tourner entre leurs doigts. La prise de risque était assez minime. La vidéo 2018 est conspuée parce qu'elle est trop lisse. Parce que Youtube met la poussière sous le tapis et occulte les polémiques qui ont marqué l'année. Eh bien je trouve que c’est injuste. C'est un peu comme si l'on reprochait à celui qui fait un album de famille de n'avoir choisi que les photos où tout le monde est souriant et le moins flou possible ! Un procès absurde. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.