Un homme déguisé en Jean-Yves Le Drian appelle, via Skype, des personnalités fortunées pour leur demander de l'argent afin d'aider la France à payer une rançon. Le piège vous parait grossier ? Il a pourtant permis d'extorquer quelques 80 millions d'euros. Un reportage d'Envoyé Spécial, qui se dévore comme un polar.

C'est une fascinante affaire d'escroquerie que nous raconte Envoyé Spécial ce jeudi 14 février sur France 2. Le piège pourrait sembler grossier, il a pourtant fonctionné sur une centaine de personnes : des chefs d'entreprises, des hommes d'église et même des chefs d'état étrangers. Tous ont reçu, entre 2015 et 2017, un coup de fil de Jean-Yves Le Drian, qui était alors ministre de la Défense et leur demandait de l'argent. Le ministre expliquait que des journalistes français avaient été enlevés : on a besoin d'aide pour payer la rançon, c'est très urgent. On vous remboursera, bien sûr. Et comme la France, officiellement, ne verse pas de rançon, merci de faire le virement sur ce compte en Chine... 

Un escroc déguisé en ministre

Sauf que ça n'était pas Jean-Yves Le Drian ! Au total, près de 80 millions d'euros ont ainsi été extorqués. Au début, l'escroc a procédé par téléphone et par mail. Et puis il a basculé sur Skype : des appels vidéo, donc ! Complètement fou. Le faux ministre apparaissait à l'écran, dans un décor de bureau de ministre, déguisé en Jean-Yves Le Drian grâce à un masque. L'escroc choisissait soigneusement ses cibles. Plusieurs propriétaires de châteaux à Saint-Emilion ont reçu un coup de fil. 

On remarque que toutes les victimes qui témoignent dans ce reportage sont celles qui n'ont pas versé l'argent. Sauf un chef d'entreprise, mais il est anonyme, son visage est flouté. C'est humiliant, d'avoir été berné... D'ailleurs, on ne peut pas s'empêcher de penser : mais comment sont-ils tombés dans le panneau ? Sauf que l'homme au bout du fil, apparemment, avait un sacré bagou, un aplomb exceptionnel. Et surtout, il avait enquêté sur sa cible en amont. Il savait trouver ses failles : il flattait, par exemple, le patriotisme de son interlocuteur quand il sait que ça allait fonctionner...

Enregistrement inédit

Elise Le Guével, la journaliste d'Envoyé Spécial, ménage ses effets : son reportage se regarde comme un excellent polar. D'autant que l'enquête est en cours. Et qu'un homme est soupçonné. Il s'appelle Gilbert Chikli. Un homme condamné en 2015 pour un autre affaire d'escroquerie, surnommée "l'arnaque aux PDG". Gilbert Chikli est derrière les barreaux aujourd'hui, mais au moment de sa condamnation, en 2015, il était en Israël. Un pays qui n'extrade pas ses ressortissants. Et Elise Le Guével l'avait rencontré à l'époque, dans sa grande maison. Très à l'aise devant la caméra.

Est-ce lui le faux Le Drian ? La question est encore sans réponse, mais France 2 s'est procuré un enregistrement précieux. Extrait d'un coup de fil du fameux faux ministre en pleine tentative d'escroquerie ! Cette voix ressemble-t-elle à celle de Gilbert Chikli ? Je vous laisse écouter et jouer les apprentis experts. Reportage à ne pas rater, en tout cas. Parce qu'il illustre parfaitement la fameuse loi universelle du mensonge : "plus c'est gros, plus ça passe". 

"Faux ministre, vrai escroc". Jeudi 14/02 à 21h sur France 2, dans "envoyé spécial".  Émission présentée par Élise Lucet. 

Légende du visuel principal:
Un masque en silicone, une image pas très nette... Allo, c'est Jean-Yves Le Drian à l'appareil ! © Envoyé Spécial / France 2
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.