Depuis quelques mois, Netflix propose un documentaire qui fait parler de lui partout dans le monde. "The Game Changers", un film de Louie Psihoyos.

The Game Changers suit la convalescence de James Wilks, un formateur des forces spéciales américaines qui se blesse lors d'un entrainement. Alors, pour tenter de refaire du sport le plus rapidement possible, il décide de parcourir le monde à la rencontre d'athlètes et de scientifiques afin de trouver LA technique qui lui permettre de rebooster son corps.

Ce qu'il va découvrir va changer sa vie - et un peu la mienne aussi : selon les chercheurs qu'il rencontre, les protéines animales sont loin d'être essentielles aux sportifs. Ni en période de récupération, ni en période d'effort.

Encore plus dingue, les protéines végétales favoriseraient la performance sportive. Les gladiateurs romains étaient majoritairement végétariens. Et l'un des hommes les plus forts du monde, Patrik Baboumian, a adopté ce régime il y 15 ans.

On parle là, je le redis, d'un des hommes les plus forts du monde. Il a tout de même réussi à transporter un poids de 550 kilos sur 10 mètres. Le tout, sans manger de viande. Et il n'est pas le seul. Sur sa route, James Wilks rencontre de nombreux athlètes qui ont fait ce choix-là.

Et ça vous étonne ?

Bien sûr. J'ai grandi avec l'idée que les sportifs avaient besoin de viande - ou à minima d'œufs ou de poissons. Faut se souvenir de la fameuse scène de Rocky où le boxeur gobe des jaunes d'œuf avant l'entrainement. 

Petit, je mangeais des biftecks pour être costaud.  Jamais je n'aurais cru qu'on pouvait être fort tout en étant végan. La faute notamment à Arnold Schwarzenneger et sa fameuse réplique dans le film Évasion

Tu frappes comme un végétarien 

Elle est terrible cette phrase. Elle sous-entend qu'on devrait être plus faible quand on se prive de viande. Ou pire, que le simple fait de refuser de la viande, le produit de la chasse,  t'émasculerait de fait.

Il y a un lien très étroit entre le virilisme et la consommation de viande. Et devinez quoi ? Celui qui en parle le mieux, c'est Arnold Schwarzenneger lui-même, militant pour la cause et co-producteur du film.

The Games Changers cherche à tout prix à démonter ces fantasmes et ces idées reçues. Au risque d'en produire d'autres... Depuis la sortie du film, des scientifiques contestent certaines théories qui y sont détaillées. Mais une idée fait tout de même l'unanimité : on ne souffrirait pas de consommer plus de protéines végétales.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire ? Ce soir, au dîner, oubliez le steak et foncez sur les haricots. Pour le reste, regardez The Game Changers sur  Netflix, ça va vous secouer.

  • Légende du visuel principal: L'athlète vegan et arménien Patrik Baboumian © Getty / picture alliance
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.