Hypersensibles et ultra-connectés, les arbres sont un modèle d’adaptation et de gestion des ressources. Le documentaire diffusé ce jeudi 14 mai à 20h50 sur France 5 met en lumière leur rôle inestimable dans notre environnement.

Le génie des arbres, un documentaire d'Emmanuelle Nobécourt
Le génie des arbres, un documentaire d'Emmanuelle Nobécourt © Hauteville Productions – INRAE – 2020

Peut-être le manque de nature a-t-il une influence sur mon enthousiasme, mais je trouve ce film aussi passionnant que ravissant. Le Génie des Arbres est à voir le jeudi 14 à 20h50 sur France 5. Les arbres sont magnifiquement filmés. Emmanuelle Nobécourt a fait le tour du monde pour aller voir les spécimens les plus beaux et les plus intéressants. Et surtout, elle nous conduit dans les laboratoires, auprès des plus grands spécialistes mondiaux des arbres : on découvre que la science commence à peine à comprendre leurs extraordinaires facultés.

C’est Emma de Caunes qui fait la voix off. Au tout début du film, je me suis demandée si elle se payait pas un peu notre tête :

Que feriez vous si vous étiez coincé sur un territoire limité ?  Exposé à la violence des éléments, sans protection ni fuite possible ?

Ce passage est assez drôle au sortir du confinement. Mais c’est évidemment l’immobilité des arbres dont il est question. On ne réalise pas la prouesse qu’accomplissent ces êtres vivants : grandir, se nourrir, et vivre des centaines d’années, par tous les temps, sans jamais se déplacer. Leur génie, c'est avant tout leur capacité à s'adapter, comme l'explique cette biologiste américaine : 

Les arbres sont nos aînés, ce sont les plus vieux les organismes notre planète, ils s’adaptent parfaitement aux lieux où ils vivent.

L'arbre semble inerte, c'est une erreur : il est toujours en mouvement. C'est le seul végétal qui n'arrête jamais de pousser, en quête permanente de lumière.

Les arbres sentent le vent

Parmi les découvertes scientifiques qui sont ici détaillées, il y en a une qui m'a particulièrement frappée : l'arbre est un hypersensible. Bruno Moulia est directeur de recherche à l'INRAE :

La croissance du bois peut être multipliée par deux les années où il y a des vents forts, simplement parce que l’arbre sent qu’il est déformé, et qu’il faut mettre plus de bois pour ne pas être en danger.

L"arbre sent le vent, en somme. Et il y a encore plus fort : il est capable de faire la différence entre les vents thermiques, qui sont sans danger pour lui, et les vents dépressionnaires. En d'autres termes, il fait un boulot d'ingénieur météo, afin de déclencher ses mécanismes de protection seulement face aux vents qui le méritent, et ne pas gaspiller son énergie pour rien. Bluffant.

Son ingénieux dispositif d'irrigation, au cœur du bois, passionne aussi  les chercheurs. Tout comme son immense et complexe système racinaire : des centaines et des centaines de champignons souterrains sont en symbiose avec les racines de l'arbre et l'aident à communiquer avec les autres plantes autour. L'exploration de cet univers, aussi énigmatique que les abysses sous-marines, ne fait que commencer : il reste du travail pour des générations de chercheurs, explique l'un des scientifiques.

Vous le savez, la technologie, de plus en plus, s'inspire de la nature : c'est ce qu'on appelle le biomimétisme. Eh bien les arbres ont tout à nous apprendre. Notamment parce qu'ils sont résilients, parce qu'ils savent s'adapter. Je retiens cette phrase, employée par une chercheuse : 

L'arbre ne se bat pas contre ses limites, il danse avec ses limites !

Le Génie des Arbres : un documentaire à voir sur France 5 jusqu'au 13/06/2020, dans l’émission Sciences Grand Format.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.