La chaîne l'Equipe lance une nouvelle émission, présentée par Virginie Guilhaume et arbitrée par Yoan Riou : une course d'obstacles dans la boue entre deux équipes de quatre personnes. On dirait que ça te gêne, de courir dans la boue !

Je trouve que ça manque de « team building », à France Inter. Vous savez, cette pratique qui consiste à organiser des animations pour souder les équipes de travail. J’aimerais que nous participions tous ensemble à une compétition. Pas n’importe quelle compétition. The mud day, une course dans la boue !

Il n’a échappé à personne que la course à pied était très à la mode. Les courses où l’on paie son dossard à prix d’or se multiplient dans toute la France. Et pour diversifier l’offre, on a créé des courses améliorées, si j’ose dire. La boue est une façon d’agrémenter, de « pimper » le jogging ! Or, comme la « mud day » est organisée par ASO, qui appartient au même groupe que l’Equipe, c’est l’occasion d’en faire aussi une émission télé. Premier épisode le 15 avril, sur la chaîne L’Equipe. 

Emission présentée par Virginie Guilhaume, ancienne animatrice de la Nouvelle Star, avec le concours de Yoan Riou. Vous savez, ce dingue qui commente les matchs de foot sans image (il décrit le match avec force gesticulations, quand la chaîne n’a pas les droits de diffusion). Eh bien pour cette émission, il joue les arbitres.

La tête et les jambes

Quoi ? On dirait que ça vous gêne, de courir dans la boue ! Mais je vous rassure, il ne s’agit pas seulement de courir. Il faut ramper, sauter, plonger dans l’eau, escalader... et répondre à des questions de connaissance sportive. Ils ont ressuscité « la tête et les jambes » ! Daniel Morin, quelle est la durée d’un match de handball ? (60 minutes). Mathilde Munos, qui est le plus vieux entre Michael Jordan et Alain Prost ? (Alain Prost, 64 ans. Jordan 56). Il faudra réviser avant le jour J, les amis. Mais ce qui m’inquiète surtout, c’est votre endurance. Parce que les deux équipes d’anonymes qui s’affrontent dans cette course d’obstacles, les rouges et les beiges, sont très sportifs. Et ils en bavent à mort.

Solidarité avec le boulet de l'équipe

Bon, vous allez me dire que ça n’a aucun sens de patauger dans la gadoue, la gadoue, la gadoue... pour le plaisir. Que faites-vous de cette joie enfantine qu'on ressent à se salir exprès? Et puis le mérite de cette émission, c’est qu’elle valorise la solidarité. Il y a quatre personnes par équipe (deux hommes deux femmes), tout le monde court en même temps et c’est le temps du dernier qui compte pour le classement. Rien ne sert d’aller vite, il faut venir en aide au boulet qui s’est cassé la figure.Promis, Anthony Bellanger, je vous tendrai la main ! Team Building, vous dis-je.

L'intérêt surtout, c’est que chaque épreuve, chaque manche de la compétition, démarre par une petite présentation où l’on détaille les qualités requises. Endurance, stratégie, cohésion, équilibre, agilité, force, etc. Finalement, c’est une belle manière de revenir aux fondamentaux du sport. Presque une façon de dire : oui, c’est absurde de courir après un ballon ou après un chronomètre. Tout autant que de se vautrer dans la boue. Mais on a besoin de telle et telle compétence. Il faut savoir se dépasser dans tel et tel domaine. Et ça c’est bon pour l’estime de soi ! Même si c’est très salissant. 

The mud day, la course dans la boue. C’est lundi 15 avril à 21h sur la chaîne l’Equipe.

  • Légende du visuel principal: Seul l'arbitre (Yoan Riou) est à peu près reconnaissable au terme des épreuves. © Laïd Liazid pour L’Equipe
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.