En 1938, un laboratoire allemand met au point la Pervitin, nouvelle forme ultra-puissante de méthamphétamine. Une drogue connue aujourd'hui sous le nom de crystal, qui va devenir une arme de guerre nazie. Documentaire diffusé ce soir sur LCP.

Les soldats nazis étaient-ils tous complètement drogués ? C’est la question que pose un documentaire diffusé ce soir sur LCP. En 1938, un laboratoire allemand met au point une nouvelle forme très puissante de méthamphétamine : la Pervitine. C’est un médicament, en vente libre dans les pharmacies, disponible sans ordonnance. La campagne de publicité qui l’accompagne en fait très vite un produit très répandu dans la société civile : les gens l’utilisent pour lutter contre la fatigue et favoriser la concentration. Un chocolatier berlinois a même l’idée d’en mettre dans des pralines ! Et les médecins militaires de l’armée allemande ne vont pas tarder à y voir un intérêt : la Pervitine va être distribuée massivement aux soldats. Même quand ce produit va être considéré, par la suite, comme une drogue et ne sera plus disponible en vente libre, il sera consommé massivement pas les officiers et les soldats.

La drogue du Blitzkrieg

Le rôle de la drogue dans la guerre n’est pas une nouveauté, mais tout l’intérêt de ce documentaire est de montrer que l’utilisation de la Pervitine par les nazis suivait une stratégie bien précise : la distribution aux pilotes d’avions et aux chauffeurs de Panzer est très organisée. Au printemps 40, la Wehrmacht achète 35 millions de doses de Pervitine pour en distribuer à ses troupes : la percée des Ardennes, qui va mettre la France à genoux, est certainement due en partie à cette drogue euphorisante qui permet de ne pas dormir et donne un sentiment de toute puissance. Le Blitzkrieg, la guerre éclair, repose sur la Pervitine. Car même avec les meilleurs blindés et la meilleure stratégie, un seul facteur reste indomptable pour toute armée : le sommeil. Avec la Pervitin, les soldats ne dorment plus, ou presque. 

Morts par arrêt cardiaque

Inutile de dire que la dépendance est considérable, tout comme les effets secondaires : des hallucinations, des maladies de peau et surtout la perte de la sensation de faim et de soif, jusqu’à en oublier de manger et de boire. Beaucoup de morts par arrêts cardiaques de soldats allemands seraient dus à cette drogue. 

Une question qui parcourt tout le film : Hitler prenait-il de la Pervitine ? Beaucoup d’indices vont dans ce sens. Le documentaire offre une plongée fascinante dans le dossier médical du Führer. Précisions que la Pervitine existe toujours, sous un autre nom : le crystal. Sans doute les consommateurs d’aujourd’hui n’ont-ils aucune idée dans le rôle que cette drogue a joué dans l’Histoire comme véritable arme de guerre nazie. 

Les junkies d’Adolf Hitler, ce soir sur LCP à 20h30. Documentaire suivi d’un débat sur la drogue comme arme de guerre. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.