Vendredi, Netflix a mis en ligne "Da 5 Bloods", le nouveau film de Spike Lee. Un long-métrage qui sortira en exclusivité sur la plateforme et qui se fait étriller par la critique. Verdict ?

Clarke Peters, Delroy Lindo, Isiah Whitlock Jr., Jonathan Majors, Norm Lewis dans le dernier film de Spike Lee "Da Five Bloods"
Clarke Peters, Delroy Lindo, Isiah Whitlock Jr., Jonathan Majors, Norm Lewis dans le dernier film de Spike Lee "Da Five Bloods" © David Lee/Netflix

Personnellement, j'ai adoré. Et pour tout vous dire, ça m'a franchement étonné. Je partais plutôt perdant avant de le regarder et ce pour trois raisons : 

  • D'abord, parce que Netflix et le cinéma, pour le moment ça fait deux. La plupart du temps, les films inédits proposés par la plateforme sont au mieux décevants, au pire carrément dégueulasses. Très loin de la qualité de certaines de leurs séries ou de leurs docs. Du coup, je n'étais pas hyper rassuré...
  • Surtout quand on sait que Spike Lee n'a rien réalisé de bon depuis des siècles. 
  • Et que Da 5 Bloods ne plait pas à la critique.

Mais j'ai été agréablement surpris par ce film. Très beau boulot de Netflix et de Spike Lee. L'histoire de vétérans noirs du Vietnam qui se retrouvent des décennies plus tard à retourner sur la terre de leurs combats afin de rechercher la dépouille d'un de leur camarade. Et y déterrer accessoirement un trésor de guerre qu'ils avaient caché là.

Voilà pour l'intrigue. Pour le reste, c'est un film qui a ses défauts, la critique n'est pas sévère pour rien. Il est long, très long. 2h35. Il est bavard. Il se perd un peu par moment. Le casting est inégal. Il y a du très bon et du moins bon. Jean Reno, lui, n'a jamais été aussi mauvais que dans ce rôle d'homme d'affaire véreux. 

Mais j'ai oublié tous ces défauts parce que c'est un film profondément authentique. 

Un film qui sort des tripes de son réalisateur. C'est un cri du cœur donc on lui pardonne toutes ses fragilités.

Et comme souvent chez Spike Lee, c'est un film sur la condition noire aux États-Unis...

Et il sort pile au bon moment. Parce que toute l'histoire de Da 5 Bloods c'est justement celle de ces hommes noirs qui se sont battus pour ce pays mais qui n'ont jamais été reconnu à leur juste valeur. 

Et à travers le récit de ces vétérans noirs usés par la guerre et par le racisme, Spike Lee se raconte aussi un peu.

Car même s'il n'a pas connu la guerre lui même, on le reconnait un peu sous les traits de caractère de certains de ces personnages. Des hommes désabusés, impuissants. Qui oublient parfois la cause noire pour penser à leurs propres intérêts. Qui sont fatigués de devoir se battre.

Toute sa vie, Spike Lee a proposé un cinéma de combat. Avec ce film, il ne rend pas tout à fait les armes mais on le sent usé. Épuisé par cette bataille sans fin. 

Il y a quelques jours, il publiait un montage sur les réseaux sociaux où l'on voyait l'assassinat de George Floyd entrecoupé de scènes de son chef d'œuvre Do The Right Thing. Titre de cette vidéo : "L'histoire cessera-t-elle un jour de se répéter ?" Tout est dit.

Da 5 Bloods, à voir sur Netflix.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.