France 5 diffuse ce soir un documentaire consacré aux Hikikomori, ces personnes qui font le choix de vivre retranchés chez eux, à l'écart de la société.

Le phénomène des Hikikomori, les "coupés du monde"
Le phénomène des Hikikomori, les "coupés du monde" © Getty / Sisoje

C'est un phénomène que les psychiatres ont du mal à comprendre. Les personnes touchées, souvent de jeunes hommes, ne présentent aucun autre trouble apparent. Ils s'enferment chez eux, la plupart du temps au milieu de leurs jeux vidéo et de leurs ordinateurs... et c'est tout. Une fuite en avant face à la violence du monde extérieur comme nous l'explique dans ce doc un jeune Hikikomori qui témoigne à visage masqué.

C'est pesant pour eux et c'est aussi pesant pour leurs proches. Car la plupart des Hikikomori ne sont pas indépendants. Ils vivent chez leurs parents et ne vivotent que grâce aux aides de l'État. La majorité des Hikikomori vivent même enclavés au sein de leur propre foyer, enfermés dans leurs chambres pour s'isoler pleinement.

Et il faut voir la détresse des familles présentes dans ce doc pour comprendre toute la tristesse de cette situation.

Des familles qui font tout pour les sortir de cette solitude mais qui restent impuissantes.

On estime qu'il y aurait des dizaines de milliers de personnes considérées comme Hikikimori en France

Et ce n'est rien comparé au Japon où le phénomène est né. Là-bas, ils seraient plus d'un million. 

La réalisatrice Michaëlle Gagnet s'est rendue sur place pour les rencontrer. Et c'est terrible. Sur l'archipel, il y a souvent des Hikikomoris qui meurent seuls dans leur appartement.

Et là où en France, le phénomène touche plutôt des jeunes hommes, au Japon il n'est pas rare de voir des personnes plus âgées vivre cette vie. 

La réalisatrice a notamment fait la rencontre d'un quinquagénaire, Hikikomori depuis plus de 30 ans. Il n'a plus aucun contact avec sa famille et limite au minimum les contacts avec le reste de la société. Il ne sort que pour faire les courses. Son monde, c'est son appartement.

La force de ce film, c'est d'avoir réussi à les faire parler. Eux qui habituellement ne parlent à personne. Un très beau documentaire, à voir ce soir à 20h55 sur France 5.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.