Ana Belén, chanteuse et comédienne espagnole, a rendu célèbre cette chanson d'amour dans les années 1970. Quarante ans plus tard, une version remixée et loufoque a illuminé le confinement chez nos voisins. Il est temps de la chanter, à notre tour, à tue-tête : AGAPIMU !

"Eres fuego y frío, ni más, ni menos amor mío, Agapimu". Ana Belén et les deux hurluberlus d'Ojete Calor.
"Eres fuego y frío, ni más, ni menos amor mío, Agapimu". Ana Belén et les deux hurluberlus d'Ojete Calor. © Capture d'écran Youtube, "Agapimu", Ojete Carlo feat Ana Belén.

C’était il y a un an, tout juste. Le 16 mars 2020, nous apprenions que nous serions confinés le lendemain. On a du mal à employer le mot, pas vrai ? Parler d’anniversaire pour une telle crise sanitaire, c’est compliqué. Mais puisque mon boulot, c’est de vous conseiller des vidéos, je vais m’attarder sur le côté lumineux du confinement. Il a donné lieu à des pépites filmées à domicile. Je ne vais pas vous parler de celles qui nous ont fait rire en France, vous les connaissez déjà. Non, allons en Espagne. 

Je vous présente « Ojete Calor ». Ce groupe un peu loufoque définit lui-même sa musique comme de la « subnopop », autrement dit de la pop idiote (de la pop subnormal, en espagnol dans le texte). Au printemps 2020, ils ont diffusé un clip qui a fait sensation. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Toute l’Espagne a eu des frissons ! Car la femme en rouge, c'est Ana Belén. On ne la voyait pas à l’image au début, il y avait juste les deux hurluberlus d’Ojete Calor, l’un avec des plumes sur la tête, l’autre avec une horrible moustache et une veste aux épaulettes dorées (vous aurez compris qu’ils ne se prennent pas tout à fait au sérieux). Et soudain, elle apparait. Ana Belén est un monument, une comédienne et chanteuse très célèbre en Espagne. Or, cette chanson, Agapimu, c’est elle qui l’a popularisée dans les années 1970 ! Voilà ce que ça donnait à l’époque :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La nostalgie est parfois joyeuse. Cette nouvelle version d’Agapimu, quarante ans plus tard, en est la preuve éclatante. Mais au fait, ça veut dire quoi, Agapimu ? En espagnol, rien du tout ! C’est l'une des raisons du succès de cette chanson : le mot est aussi joli que mystérieux. En réalité, c’est du grec. « Agapimu » signifie « mon amour » en grec. C’est un surnom amoureux. 

Une formule magique, un tsunami d'optimisme

Sur quoi repose un tube ? Sur l’efficacité de la mélodie, la force des paroles. Mais il y a aussi une part de magie. Et ce mot, Agapimu, ressemble à une formule magique. C’est un mantra, un mot de code qui a eu le pouvoir de redonner le sourire aux Espagnols confinés. D’autant que les paroles de cette chanson sont d’une apparente naïveté. Le texte, en réalité, est torride ! 

Tu entres dans mon corps comme la pluie dans mon potager, Agapimu. Tu es la mer quand elle se fâche, tu es la nuit illuminée, tu es comme le fleuve qui arrose mon amour, Agapimu.

Il faut la voir, Anna Belén, diva magnifique de presque 70 ans, afficher un petit sourire provocant. Elle dégage une sensualité ravageuse. Ce qui explique aussi l’aura de cette reprise confinée, c’est qu’Ana Belén incarne une forme de résistance. Elle fait partie des artistes de gauche qui se sont impliqués dans la transition démocratique après la mort de Franco, en 1975. A l'époque aussi, elle donnait de l'espoir à son pays ! Agapimu, c’est un tsunami d’optimisme. Dans ces conditions : oui, je veux bien fêter l'anniversaire du confinement. 

L'équipe