L'homme d'affaires et le ministre de l'éducation nationale font partie des invités du nouvel épisode de “Au tableau”, l'émission de C8 dans laquelle des élèves mènent l'interview. Cela donne lieu à des séquences étonnantes...

Voilà un invité qui était spécialement attendu, dans ce décor de salle de classe : le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer est l'invité cette semaine de “Au tableau”, sur C8. Et son passage est intéressant notamment en raison d’une interro surprise. Il doit conjuguer quelques verbes au passé simple et écrit « il coura » au tableau. Horreur ! Le passé simple du verbe courir, c'est « il courut ». 

Les vertus de l'erreur

Évidemment, il est assez savoureux de voir le Ministre de l’Éducation Nationale faire une énorme faute de conjugaison. mais l’intérêt de cette séquence est plutôt dans sa réaction quand une élève le corrige. « Oui, évidemment, bravo », dit-il sobrement. Il y avait pourtant de quoi être très mal à l’aise ! Il constate son erreur et n’en fait pas des tonnes. Il ne fait pas de blagues, non plus. Et ça lui donne l’occasion, surtout, de tenir un propos intéressant sur l’erreur qui est trop souvent stigmatisée, surtout en France. Tout le monde fait des erreurs, et c’est important pour avancer, pour progresser, dit-il en substance. Cela pourrait ressembler à un discours un peu bateau, mais puisque lui-même vient de se tromper magistralement et ne s’est pas décomposé pour autant, son propos revêt une sincérité désarmante. 

Moments de sincérité

C’est bien tout le mérite de cette émission : on y entend des moments de vérité assez précieux. Face à ces enfants (qui ont été soigneusement sélectionnés pour leur curiosité et leur charisme), les invités donnent à entendre une autre parole. Le premier invité, juste avant Blanquer, est Bernard Tapie. On pourra dire, à raison, que les enfants n’ont pas assez l’esprit de contradiction face à un invité comme celui-ci : ils ne cherchent pas à le coincer. Mais sans doute des adultes n’auraient-ils pas demandé aussi simplement à l’ancien patron de l’OM : c’était comment, la prison ? Ou alors : comment avez-vous réagi quand vous avez appris que vous aviez un cancer ? 

Sans surprise, Bernard Tapie n’est pas un personnage très modeste, loin s'en faut, mais sa rencontre avec les gamins est un sacré moment de télé. Ma seule réserve, c’est qu’on se demande sans arrêt si les questions n’ont pas été soufflées aux enfants. J’ai appelé la productrice, Mélissa Theuriau. Elle m’a certifié que non. Les enfants préparent eux-mêmes leurs questions. D’ailleurs comme on lui demande sans arrêt, elle envisage de filmer les séances de travail pour en attester ! C’est une bonne idée. 

Preuve, en tout cas, que le format fonctionne, cette émission créée par la journaliste Caroline Delage s’exporte à l’étranger. Une version italienne vient de démarrer, avec Matteo Salvini, Ministre de l’Intérieur, comme premier invité. La Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande et le Liban ont aussi leur version de “Au tableau”. Je ne doute pas que les ministres de l’éducation de tous ces pays « couriront » bientôt pour y participer. Futur de l'indicatif du verbe « courir », non?

“Au tableau” avec Bernard Tapie, Jean-Michel Blanquer et Malik Benthala : samedi 17 novembre à 21h10 sur C8.

Légende du visuel principal:
Devant les enfants, Bernard Tapie parle de sa maladie, de son passage en prison, de foot et donne même quelques conseils pour faire des affaires. © Pierre-Olivier / C8
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.