Les candidats islandais devraient défrayer la chronique à la finale de l'Eurovision ce samedi, en direct de Tel Aviv, en Israël. Ce groupe d'electro-punk, tout habillé de cuir, a proposé à Benyamin Netanyahou de le défier dans un un combat traditionnel. Le premier ministre israélien n'a pas donné suite...

Hatari, un groupe electro punk anarchiste, représente l'Islande à l'Eurovision 2019.
Hatari, un groupe electro punk anarchiste, représente l'Islande à l'Eurovision 2019. © JACK GUEZ / AFP

190 millions de téléspectateurs l’année dernière : l'Eurovision est un énorme rendez-vous télé. Madonna l’a bien compris, puisqu’elle sera là demain. Elle est hors concours, bien sûr, mais va interpréter deux titres en direct. Côté candidats, qu’est-ce que ça donne ? Bilal Hassani, candidat de la France, bien sûr. Et comme chaque année, c'est la politique qui fait le sel de ce concours de chant. 

La proposition radicale de l'Islande

C’est la chanson de l’Islande, celle du groupe Hatari, qui mérite notre attention, parce qu’elle est radicale. Je donne la parole à un fan de l’Eurovision : Etienne Waïotte, qui est en ce moment à Tel Aviv pour raconter les coulisses du concours sur un site spécialiste, le Wiwibloggs. 

Hatari, c'est une inspiration esthétique puisée dans le BDSM (bondage domination sado-masochisme) qui a été sublimée pour faire une performance à l'Eurovision, visible notamment par les enfants ! C'est très spécial. Voilà un groupe de garage punk habillé en cuir, latex et harnais. Le message de leur chanson, chantée partiellement en islandais, c'est : si on ne fait pas attention, la haine va l'emporter.

Cela pique un peu au réveil, mais la proposition islandaise a le mérite d’être originale ! Et surtout, très drôle. Que ce soit en interview, en conférence de presse ou avec le public, Hatari adopte un humour absurde, une attitude surréaliste qui semble interroger l’idée même d’un tel concours. On peut aussi y voir une opposition au régime israélien. Les membres du groupe ont publiquement provoqué Benyamin Netanyahou en duel traditionnel islandais ! A ma connaissance, le premier ministre israélien n’a pas encore répondu.

Rappelons que le règlement de l’Eurovision interdit tout message de nature politique sur scène. Le groupe Hatari, sur une chaîne de télé israélienne, a déclaré récemment : 

Si l’Eurovision 2019, ce n’est pas de la politique, alors le parti du Likoud est un groupe de pop dont Netanyahou est le chanteur.

Hatari est un groupe franchement anarchiste. Sa phrase favorite : « Il est plus facile de penser à la fin du monde qu’à la fin du capitalisme ». Il n’y a pas de raison, ceci dit, que les organisateurs le prennent mal, bien au contraire : pour Israël, cet événement est l’occasion de montrer au monde une autre image. Une image apaisée et ouverte. Ouverte, en l’occurrence, à tous les styles de musique. Et les Islandais, pour cela, leur offrent un boulevard à peu de frais. 

Finale de l’Eurovision, samedi 18 mai à 21h sur France 2. Soirée présentée par Stéphane Bern, André Manoukian et Sandy Héribert. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.