Des girafes nageuses plus vraies que nature et des anonymes qui osent (ou pas) sauter du plongeoir de dix mètres. Voici deux très beaux courts-métrages (un film d'animation et un documentaire) à voir gratuitement sur le site d'Arte, pour tous les nostalgiques de la piscine municipale.

Je suis en manque de mes longueurs de brasse à la piscine municipale, fermée en raison de la crise sanitaire. Je suis même nostalgique des bonnets de bain et des gens pénibles qui nagent en diagonale dans le bassin : c’est dire ! Sans doute ne suis-je pas la seule. Mais j’ai trouvé de quoi nous consoler : deux court-métrages, à voir sur le site d’Arte. La chaîne diffuse tous les samedis une très chouette émission baptisée Court-circuit, magazine entièrement consacré aux courts-métrages. Elle est programmée bien trop tard, à minuit, mais heureusement disponible en replay sur le site d’Arte et c’est un nid de pépites. Le court-métrage est un format idéal pour expérimenter, on y trouve souvent un joli grain de folie créatrice. Court-circuit fêtait récemment sa millième émission et a mis en ligne pour l’occasion tout un tas de films : je vous invite à plonger au hasard dans la sélection, très éclectique. Des films d’animation, des documentaires, des fictions, des drames, des comédies, des trucs inclassables… toujours sur une courte durée, entre trois et vingt minutes environ. Deux films, en particulier, m’ont tapé dans l’œil, et leur point commun est de se dérouler à la piscine.   

Des girafes à la piscine, après tout pourquoi pas ?

Le premier est un film français, signé Nicolas Deveaux : 5m80. Des girafes, majestueuses et fières, montent le couloir en ellipse d’une piscine olympique. Oui, c’est bizarre, comme idée, des girafes à la piscine, mais la scène est d’une beauté très difficile à expliquer. Je dois préciser qu’aucun animal n’a été maltraité durant le tournage : ce sont des images d’animation ! Sauf que le réalisme est à couper le souffle. On jurerait que ce sont de vraies girafes dans une vraie piscine. Et on est émerveillé, époustouflé, enchanté, quand ces grandes gigues se mettent à s'élancer du plongeoir. Les girafes font des sauts acrobatiques d’une grâce folle, des pirouettes, des saltos. Ce film qui dure cinq minutes ne repose sur rien ou presque, mais c’est un condensé de poésie joyeuse. Un pur plaisir visuel. « 5m80 » dure 5 petites minutes.  

Plonger, avec ou sans élan ?

Mon deuxième conseil piscine : Plongeons, un documentaire suédois. Ce court-métrage dure un quart d’heure. Le dispositif est très simple : nous sommes en haut d’un plongeoir de dix mètres… et les candidats au grand saut se succèdent. Il y a là des hommes et des femmes, des vieux, des jeunes, des gens qu’on imagine assez sportifs et d’autres beaucoup moins. Vont-ils oser sauter ? Il y a ceux qui prennent de l’élan, ceux qui regardent en bas. Il y a celles qui se bouchent les yeux. Celle qui s’agace de sa propre trouille, celui au contraire que ça fait bien marrer. Celui, tout pâle, dont les jambes tremblent un peu. Celle dont aurait juré qu'elle n'y arriverait pas (et on avait bien tort). Et quand quelqu’un finalement saute, la sensation de vertige pour nous, devant l’écran, est sidérante. J’aime beaucoup cette phrase que prononce l’un des anonymes qui se succèdent sur le plongeoir :

Mon cerveau me dit "vas-y" mais mon cœur refuse.

Ce film minimaliste est une très jolie variation sur le doute, le renoncement, l’audace, la volonté et sur la chute des corps. Je retiens aussi cette phrase prononcée par une jeune femme. « Tant qu’on a le choix, on ne ressent pas vraiment la peur ». De l’art de philosopher à la piscine municipale !  

  • Légende du visuel principal: Des girafes à la piscine, et pourquoi pas? Cinq minutes de pur plaisir visuel, grâce au film "5,80 m". © AGENCE DU COURT METRAGE
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.