Une websérie documentaire drôle, engagée et culottée. Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles proposent un road-trip clitoridien en vidéo. Elles montrent avec brio et une bonne dose d'autodérision que la sexualité est plus que jamais politique.

Il se passe décidément des choses réjouissantes et audacieuses sur la plateforme France TV Slash. C’est là qu’on peut voir « Skam France », la série phénomène pour ados et jeunes adultes, dont je vous parlais il y a quelques jours. Depuis un mois, Slash diffuse une série documentaire baptisée « Clit Révolution ». Chaque épisode dure une dizaine de minutes, le quatrième sera mis en ligne ce jeudi à 18h. Une approche drôle, engagée, passionnante et très culottée de la sexualité féminine.

Road-trip clitoridien

Un projet porté par une journaliste et une réalisatrice : Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles. Toutes les deux militantes féministes, elles se sont rencontrées au sein du mouvement Femen. Et elles nous proposent un tour du monde clitoridien. Un voyage pour tenter de bousculer l’immense tabou qui entoure le  plaisir féminin.

Dans le nouvel épisode, tout commence par une expérience très simple. Un petit objet rose en 3D que l’on montre aux gens dans la  rue. Mais qu’est-ce que c’est ? Non, ce n’est pas un bretzel. Très peu de monde reconnait cet organe que possède pourtant la moitié de l'humanité, et qui est uniquement dédié au plaisir...

Il n’est pas anodin, évidemment, que le clitoris soit aussi mal connu. Que si peu de monde sache qu’il est composé d’une partie à l’intérieur et d’une partie à l’extérieur. Qu’on y trouve un gland, un capuchon et deux bulbes. Que le tout mesure environ dix centimètres, soit la taille moyenne d’un pénis au repos. D’ailleurs le clitoris, beaucoup l’ignorent, a aussi des érections. 

Un organe d'émancipation

« Clit Révolution », c’est un travail de pédagogie joyeux et salutaire, qui célèbre le clitoris comme un outil d’émancipation. Connaitre son corps, pour les femmes, est une manière de s’approprier leur sexualité et leur liberté. 

Les trois premiers épisodes nous ont conduits au Royaume-Uni et en France, pour l’instant. Avec un passage obligatoire par le musée d’Orsay, à Paris, pour scruter « l’origine du monde », de Courbet. Les prochains épisodes nous conduiront au Japon ou au Kenya. Et dans l’épisode d’aujourd’hui, on rencontre une artiste new-yorkaise. Sophia Wallace a remarqué que le phallus était partout : dans la pop culture, dans l’architecture, partout. Tout le monde sait dessiner un zizi. Comment faire pour que la connaissance de l’anatomie féminine soit aussi répandue que celle du pénis ? Eh bien Sophia Wallace représente le clitoris partout. En statue géante, sur des tee-shirts, sur des bijoux. Il est temps de célébrer cet obscur objet du plaisir.

  • Légende du visuel principal: Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles © Radio France
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.