Dans le film, c'est elle qui parle : Notre Dame de Paris raconte son histoire à la première personne, depuis le douzième siècle jusqu'à l'incendie d'avril 2019. Un docu-fiction très original, qui repose sur des images d'animations, à voir sur France 2.

L'évêque Maurice de Sully est mort en 1196, sans avoir vu terminée l’œuvre de sa vie.
L'évêque Maurice de Sully est mort en 1196, sans avoir vu terminée l’œuvre de sa vie. © France Télévisions / Program33

L’histoire de Notre Dame de Paris racontée comme elle ne l’a jamais été. « Notre Dame de Paris : l’épreuve des siècles » est à voir sur France 2 ce mercredi 18 décembre. Ce film n’a rien à voir avec l’incendie d’avril dernier. Ou plutôt si : les flammes qui ont abasourdi le monde entier ont eu un impact sur le film, mais le projet était lancé depuis trois ans déjà. Et le drame n’a fait que confirmer ce que voulait montrer Emmanuel Blanchard, le réalisateur : cette cathédrale est une survivante. D’ailleurs, c’est elle qui parle, Notre Dame de Paris, en voix off, à la première personne ! Et elle est interprétée par Sophie Marceau.

Hier encore, vous me croyiez invulnérable, moi la vieille reine des cathédrales, fille de la patience et du génie des hommes. Ce phare dressé à la proue de l'île de la cité, ce vaisseau lancé dan la tempête des siècles. (...) Je suis Notre Dame de Paris, et voici mon histoire. 

Cela vous semble sans doute grandiloquent. Mais franchement, les images le méritent ! Ce film est un docu-fiction, c’est-à-dire un documentaire dans lequel on a injecté une petite dose de fiction. Notamment avec un personnage de tailleur de pierre, qu’on suit tout au long de sa vie. Cela ne donne lieu à aucune contre-vérité, je vous rassure (le film s’appuie sur l’expertise de nombreux historiens), mais la fiction apporte une puissance narrative très efficace. 

Une cathédrale de pixels

Qui joue le tailleur de pierre ? Personne ! Car il s’agit en grande partie d’un film d’animation. Il y a bien eu des acteurs sur le tournage, mais on leur a mis un des capteurs partout sur le visage et sur le corps pour ensuite les transférer aux personnages virtuels (c’est ce qu’on appelle la « motion capture »). C’est bien sous la forme de dessin animé qu’on voit Maurice de Sully, évêque de Paris, convoquer les plus grands maîtres d’œuvres, au XII ème siècle, pour leur parler de son rêve : bâtir une immense et lumineuse cathédrale à Paris. Mais tous lui font a même réponse :

Ça ne tiendra jamais !

Il faudra déplacer des montagnes pour que soit bénie la première pierre et lancer le chantier, en 1163. Et c’est le début d’une longue épopée. Pour tout vous dire, je ne suis pas emballée par le style choisi pour le dessin des personnages, je trouve le trait un peu lisse, mais il a le mérite d’être très réaliste. Ce qui m’a bluffée surtout - et qui fait que je vous recommande ardemment ce film - ce sont les animations 3D : des images qui permettent d’appréhender l’architecture exceptionnelle de ce joyau de l’art gothique. Ce film est une cathédrale de pixels. On voit se construire l’édifice sous nos yeux et on comprend comment ça tient ! 

Film d’animation en grande partie, disais-je. Car certaines images sont des prises de vue réelles. On y voit la flèche, la toiture, la charpente, les grandes rosaces... Evidemment, ces passages serrent le cœur aujourd’hui, huit mois après l’incendie. Mais on termine ce film en se disant, que vraiment, Notre Dame en a vu d’autres : inondations, banqueroutes, accidents...  Elle saura se relever de cet incendie comme elle l’a fait des innombrables épreuves qui ont jalonné ses huit siècles d’histoire. 

« Notre Dame de Paris, l’épreuve des siècles » (1h30). Mercredi 18 décembre à 21h05 sur France 2, ou en replay.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.