Le magazine de M6 a filmé l'aventure médicale de Déborah, qui a donné naissance à un bébé après une greffe d'utérus : une première en France. Ce reportage raconte aussi une greffe de des deux mains et les travaux de recherche sur un exosquelette qui pourra aider les patients tétraplégiques. Une bonne gorgée d'espoir !

On a beaucoup entendu parler de ce bébé. La petite Misha est née la semaine dernière. Les images d'elle et de ses parents à la maternité pourraient être banales, mais cette naissance est le fruit d’une prouesse médicale. Sa mère, Déborah, n’avait pas d’utérus. Si elle a pu être enceinte puis accoucher, c’est grâce à une greffe. Les équipes de « Zone Interdite » ont eu accès à toutes les coulisses de cette aventure, depuis le début. Le reportage d'Ida Aidar (Nova Production) sera diffusé ce dimanche 21 février dans le magazine d'Ophélie Meunier. On rencontre notamment la donneuse, qui n’est autre que la mère de Déborah, Brigitte (la grand-mère du bébé, donc). L’utérus est un organe qui vieillit peu, il a pu être prélevé chez cette femme de 59 ans.  

Une première en France

On suit aussi l’intervention chirurgicale, très longue, pilotée par le docteur Jean-Marc Ayoubi, à l’hôpital Foch de Suresnes. Le prélèvement du greffon sur Brigitte, en particulier, est une opération de haute précision. Déborah souffre de ce qu’on appelle le syndrome MRKH : elle est née sans utérus, mais elle a des ovaires. Elle peut dont concevoir un embryon, avec le sperme de son mari. Cet embryon issu d’une fécondation in vitro est ensuite transféré dans son utérus greffé. Tout cela a été retardé par le Covid : les opérations non vitales étaient reportées. Mais ça a fini par marcher. Et ce reportage offre une sacrée gorgée d’espoir. D’autant qu’il ne raconte pas seulement le parcours de Déborah. On suit aussi, pendant plusieurs mois, Priscilla et Thibaut. 

Greffée des deux mains 

Priscilla est une femme qui a vécu l’enfer : au cours d’une hospitalisation banale, elle a subi un choc septique et a été amputée des pieds et des mains. Cette femme, d’un courage impressionnant, se fait greffer deux mains par le docteur Laurent Lantiéri. L’opération se déroule aux Etats-Unis, en collaboration avec un chirurgien américain. Et la voir, plusieurs mois après, utiliser ses mains dans la vie de tous les jours, fait un effet.

Un grand pas d'exosquelette pour la science

Quant à Thibaut, c’est un jeune homme tétraplégique, depuis un accident à la sortie d’une boite de nuit. Il participe aux travaux de recherches d’un laboratoire de Grenoble, Clinatec, pour mettre au point un exosquelette : un robot fixé à son corps et qu’il pilote depuis son cerveau, grâce à des capteurs placés sur sa tête. Il marche ! C’est un grand pas pour Thibaut, un pas de géant pour la science. Il ne s’agit pas d’une rééducation liée à son accident, mais d’un travail de recherche, pour développer des machines contrôlées par la pensée.  

Voillà ce qui est galvanisant dans ces trois histoires : ces patients participent à une aventure qui est bien plus grande que leur cas personnel. Leur espoir est aussi celui de milliers d'autres patients après eux. On voit également très bien, dans ce reportage, à quel point ces prouesses sont collectives : le travail d’équipe est impressionnant, à chaque fois (et notamment dans les opérations de greffe : le chirurgien est entouré d'une armée de soignants et de soignantes.)

Des avancées scientifiques, de l’espoir et du travail collectif : bref, c’est le traitement médical dont nous avons besoin en ce moment. Il fait un bien fou ! 

"Dans les coulisses d'opérations miracle" : à voir dans "Zone Interdite", dimanche 21 février à 21h5 sur M6.  

  • Légende du visuel principal: La petite Misha se porte bien. Elle est aussi porteuse d'espoir pour de nombreuses femmes nées, comme Déborah, sans utérus. © Ibar Aibar/Zone Interdite M6/ Nova Production
L'équipe
Thèmes associés