« Police sur le fil » : un documentaire à ne pas manquer, ce soir sur France 5. Des témoignages de policiers, sans tabou ni autocensure.

Police sur le fil : Cinq flics de terrain se livrent, sans tabou ni autocensure, sur la violence de leur quotidien. Violence subie, mais aussi intérieure, et qui parfois déborde.
Police sur le fil : Cinq flics de terrain se livrent, sans tabou ni autocensure, sur la violence de leur quotidien. Violence subie, mais aussi intérieure, et qui parfois déborde. © Getty / Manuel Blondeau - Corbis

Un documentaire dont les deux mots clés sont "police" et "violence", forcément, on se pose la question : ça parle de violence policière ou de violence subie par les policiers? Réponse : les deux ! Et c'est un film vraiment remarquable, diffusé dans la case "le monde en face", de Marina Carrère d'Encause.

La journaliste Claire Tesson a recueilli les témoignages de cinq policiers

Certains parlent à visage découvert, notamment les plus anciens dans la police, d'autres sont anonymes, leur visage n’est pas filmé, leur voix est modifiée et ça vaut sans doute mieux pour leur carrière… Ils portent des pseudonymes inspirés de l'alphabet radio utilisé par la police : Alpha, Roméo ou Oscar. Ils racontent la peur croissante d’être pris pour cible, les manifs de 2016 et les face à face avec les casseurs, leur relation avec les habitants des quartiers difficiles et leur violence intérieure, qui parfois déborde. Le film montre – c’est saisissant - comment la politique du chiffre, la culture du résultat, conduit à multiplier des contrôles d'identité et à attiser les tensions.

Tout le mérite de ce documentaire, c’est de ne pas justifier, de ne pas accabler, mais de donner à entendre, dans la longueur, le malaise au sein de l’institution policière et les relations compliquées avec la population. « On ne fait pas appel à la BAC pour célébrer un mariage, résume joliment l’un de ces flics. Les bons moments, les bons côtés des gens, on ne les partage pas. » Mais aucun ne s'attendait à demander à ses enfants de ne pas trop révéler que papa est policier : la peur d'être pris pour cible est une réalité. 

Deux fonctionnaires sont particulièrement marquants, dans ce film

Il y a Sierra, qui témoigne avec une cagoule sur la tête, et qui fait franchement peur. Il intervient dans les cités comme on part au combat. Il dit adapter son attitude à celle de l’individu en face : 

Si le type que je contrôle est courtois, je serai courtois, s’il est con, je serai con. Et tout le monde sait que je peux être un gros con. En plus j’ai la loi de mon côté. 

Témoignage glaçant. Un flic à qui on a envie de hurler de changer de métier. Et puis il y a Oscar, 20 ans de métier, qui dénonce le manque d’encadrement et de formation dans la police. C’est aux anciens de calmer les plus jeunes, estime Oscar. C’est aux plus vieux flics de leur rappeler – par exemple – qu’un individu qui court n’est pas forcément un suspect !

En France, il n'existe aucune statistique officielle sur les violences policières. Le ministère de l'intérieur comptabilise en revanche les policiers blessés et tués en mission. Leur nombre a augmenté de 25% entre 2010 et 2015.

Police sur un fil. Ce soir à 20h55 sur France 5.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.