"Touche pas à mon Poste" fête ses 8 ans. Et pour l’occasion, l’émission de Cyril Hanouna s’offre un prime-time ce soir sur C8.

Il est comme ça Hanouna. Toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête en direct à la télé. Alors oui, je sais... Je travaille depuis assez longtemps à l’Instant M pour savoir que le simple fait de prononcer son nom peut provoquer des réactions épidermiques chez l’auditeur de France Inter. Je ne fais pas ça pour vous faire du mal, si je vous parle de cet animateur ce matin, c’est parce qu’il dit beaucoup des mutations que nos écrans ont connu ces dernières années.

Je vous propose de faire un retour 8 ans en arrière pour comprendre ce qui a radicalement changé à la télé depuis la création de Touche pas à mon poste, de TPMP comme on dit.

Avril 2010, donc : Cyril Hanouna n’est pas le calife du PAF qu’il est aujourd’hui. Il est un animateur un peu looser que France Télévisions trimbale de chaîne en chaîne depuis des années. 

En créant TPMP, le jeudi en seconde partie de soirée sur la TNT, il n'a plus rien à perdre. Alors, il tente le tout pour le tout. Il ne veut plus jouer à l'animateur. Il veut être lui-même à 100%. Pour le meilleur comme pour le pire. S'il est énervé contre ses équipes, il le montre à l'écran. D'ailleurs, il montre tout. Dans cette émission, la vie privée des chroniqueurs est exposée à longueur de temps. Le filtre de la télé n'existe plus. Le style Hanouna est né.

Pari réussi puisque très vite, les téléspectateurs affluent devant l’émission…

Et ça s'explique très simplement : Hanouna parle à ses téléspectateurs. Il leur parle comme s'il était un proche. Il est descendu du piédestal de l'animateur de télévision pour être à leur côté. D'ailleurs, pour eux, il n'est plus Hanouna, il est Baba, ça veut dire "papa" en arabe et c'est le surnom que lui donnent ses fans,  ses fanzouzes comme on dit dans le jargon hanounesque.

Baba considère les fanzouzes comme des membres à part entière de son équipe. Il les consulte et les fait intervenir dans l'émission en permanence. C'est l'un des premiers programmes où l'on a pleinement utilisé les réseaux sociaux. D'ailleurs à l'époque, Hanouna demandait à ses téléspectateurs de réagir sur "Boubouk" et sur "Teuteur" puisque le CSA considérait que Facebook et Twitter étaient des marques et qu'on ne devait donc pas les citer à l'antenne. Une autre époque.

Avec TPMP, Cyril Hanouna a cassé la télé pour en créer une nouvelle : une sorte de méta-télé. Une télé qui sort de l'écran de télévision pour se placer au milieu des téléspectateurs. Une télé qui s'impose sur les réseaux sociaux à coup d'extraits chocs, parfois même dégueulasses, pour faire le buzz. Une télé qui ne trône plus au milieu du salon mais qui est en chacun de nous, comme un virus.

Vous connaissez le mantra de Baba ? "La télé, c'est que de la télé". Bah non Baba ! La télé aujourd'hui, ce n'est plus de la télé

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.