A voir en replay sur Arte, "Une belle fin" est un petit bijou anglais, un film riche en émotion et en humour noir. Je vous promets du rire et des larmes : satisfait ou remboursé !

C’est l’histoire d’un petit monsieur très austère et très maniaque dont le métier est d’organiser des funérailles. Je l’ai bien vendu, pas vrai ? Vous avez très envie de vous précipiter pour voir ce film ! Non vraiment, Une belle fin, film anglais sorti en 2015, est un petit bijou. Il a été diffusé mercredi soir sur Arte et est disponible en replay jusqu'à mercredi prochain. John May est un modeste fonctionnaire dans une banlieue de Londres. Personnage interprété par Eddie Marsan, qui a de faux airs de Mister Bean, physiquement. Quand quelqu’un meurt sans famille connue, c’est lui qui est chargé de retrouver les proches du défunt. John est très consciencieux dans son travail, il déploie une énergie considérable pour chercher les amis, les collègues ou les cousins du mort et leur proposer de se rendre à l’enterrement. Mais en général, personne ne vient, alors il y va, tout seul. Et il rédige lui-même, là encore avec un soin méticuleux, un éloge funèbre. Tout cela est d’un humour noir délicieux ! Ce John May est incroyablement attachant et il y a une grande poésie dans son travail, qui consiste à prouver que chaque vie est inoubliable. 

Par le producteur de Full Monthy

Mais évidemment, il coûte trop cher, il est trop lent. Alors John May est licencié après 22 ans de bons et loyaux en service. Il lui reste une dernière enquête à mener : retrouver les proches de l’un de ses voisins de pallier, un ancien soldat mort dans la solitude. Je n’en dis pas plus, mais il va faire une belle rencontre pendant cette enquête et l’histoire va prendre un tour inattendu.

Un film signé Uberto Pasolini. Rien à voir avec l’autre Pasolini, cinéaste italien assassiné, mais c’est le neveu de Luchino Visconti. C’est surtout le producteur de Full Monthy, preuve que cet Italien maîtrise l’humour anglais !

Émotion et humour noir

Ils ne sont pas si fréquents, les films qui font rire et pleurer. Allez, puisque j’ai décidé de jouer les camelots ce matin, les vendeurs de tapis, allons-y franchement : si vous regardez ce film, vous passerez par les éclats de rire et les larmes ! Tout ça en 1h27, que demander de plus ? Il faut voir notre John May rédiger, à partir des deux trois infos qu’il a glanées sur le défunt, un long et vibrant éloge funèbre. Il faut le voir diffuser de la musique folklorique guillerette, parce que ça correspond à ce qu’aurait aimé le mort, et se recueillir, impassible, à côté du cercueil. Il faut le voir aussi – là c’est beaucoup plus triste - inspecter l’appartement d’une dame qui vient de mourir, regarder l’empreinte de sa tête sur son oreiller, les traces de doigts dans son pot de crème pour le visage : toutes ces ultimes traces du passage sur terre de cette femme qui est morte seule. John May lutte avec acharnement contre l’indifférence, dont il est pourtant la première victime, lui que personne ne remarque. 

« Une belle fin » (« Still life », pour le titre en VO). Disponible en replay sur Arte

Légende du visuel principal:
Une belle fin © Condor Distribution
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.