A voir sur Arte, une enquête dense et fouillée sur l'antibiorésistance. "Les antibiotiques, c'est pas automatique" : il est temps enfin d'appliquer ce vieux slogan, mais surtout dans l'élevage animal. Quand on administre à un animal des antibiotiques pour qu'il soit plus gros, on "entraîne" les bactéries à se défendre.

Un documentaire accessible et implacable sur le fléau mondial de l'antibiorésistance
Un documentaire accessible et implacable sur le fléau mondial de l'antibiorésistance © © Broadview Pictures

C'est l'histoire d'un énorme gâchis. Une découverte scientifique prodigieuse qui pourrait bien être réduite à néant. On utilise trop et mal les antibiotiques. Résultat, ils fonctionnent de moins en moins bien. Quand Fleming a découvert la pénicilline, on a pensé que les maladies infectieuses étaient désormais du passé. Mais les bactéries ont riposté en développant des mécanismes de résistance spectaculaires. Aujourd'hui, l'antibiorésistance atteint des niveaux alarmants et pose un problème de santé publique à l'échelle mondiale. "Antibiotique : la fin du miracle? " : ce documentaire allemand, traduit en français, est une enquête très complète, menée dans le monde entier, et qui donne la parole à de nombreux scientifiques. Elle est franchement inquiétante. Mais il est temps que le grand public prenne conscience du péril, selon les experts.

Stratégie de résistance

Ce qui est en cause, c'est surtout l'usage des antibiotiques dans l'élevage intensif. Les éleveurs administrent massivement des antibiotiques aux animaux, pas pour les soigner quand il sont malades...  mais pour qu'ils grossissent plus vite ! Ils permettent ainsi aux bactéries de peaufiner leur stratégie de résistance. C'est d'autant plus grave que leurs mécanismes de résistance peuvent se "transmettre" d'une bactérie à l'autre par mutation génétique. Il faut d'urgence cesser cet usage vétérinaire excessif d'antibiotiques, partout dans le monde.

Recherches longues et chères

Si les médicaments actuels n'ont plus d'effet, ne suffirait-il pas d'en trouver de nouveaux? Peut-être. Mais encore faudrait-il chercher. Sur les cinquante plus grands groupes pharmaceutiques dans le monde, six seulement mènent encore des recherches en la matière, qui sont longues et coûteuses. Les laboratoires pourraient pourtant considérer que tous leurs autres traitements ne serviraient à rien si demain les antibiotiques n'ont plus aucun effet, comme on le redoute ! Dans ce cas là ils n'exigeraient pas des retours sur investissement colossaux. Le plus rageant dans cette histoire, c'est que Fleming, dans les années 1940, alertait déjà sur les dangers d'une utilisation abusive de la pénicilline : on l'entend dans une interview à la BBC. Il avait vu venir ce dramatique gâchis. 

"Antibiotiques : la fin du miracle?" : mardi 19 mars sur Arte à 20h50, à voir ici en replay. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.