L'hébergement de personnes âgées est une activité plus rentable que les hypermarchés. Enquête minutieuse sur les pratiques de certains groupes privés, ce soir sur France 3.

Les maisons de retraite un business
Les maisons de retraite un business © Getty / Resolution Productions

Ne regardez pas ce film. Il vaut mieux ne rien savoir. Je plaisante mais c’est un rire jaune, tant le constat est alarmant et l'enquête solide. Le point de départ du reportage de Xavier Deleu, diffusé ce soir sur France 3, est la longue grève du personnel d’un EHPAD (établissement pour personnes âgées dépendantes) à Foucherans (Jura), pour obtenir, notamment, du personnel supplémentaire. Près du quart des EHPAD en France sont des entreprises privées à but lucratif gérées par de grands groupes. 

Leurs tarifs oscillent entre 2.000 et 5.000 euros par mois

Et c’est un business plus rentable que les hypermarchés, à en croire cette enquête minutieuse. Personnel insuffisant, sur-occupation des établissements (une ancienne directrice explique qu’elle touchait une « prime de remplissage » quand elle dépassait le nombre de résidents autorisés), rationnement de la nourriture et des produits d’hygiène : certains groupes multiplient les économies indignes et les pratiques illégales. Ces maisons de retraite sont en partie financées par de l’argent public, mais l’Etat a le plus grand mal à contrôler ce qu’il se passe derrière leurs murs.

Les familles des résidents sont parfois en colère 

Mais elles refusent de témoigner face à la caméra. Une femme explique par téléphone qu’elle a peur de représailles, peur que son père perde sa place ou soit encore moins bien traité. « Nous sommes des captifs », dit-elle. Elle regrette le gouffre « honteux » entre la publicité et la réalité. L’établissement en question appartient à un groupe côté en bourse qui dépense beaucoup d’argent en spots de pub. 

« Maisons de retraite, les secrets d’un gros business ». Ce soir à 23h20 sur France 3. A voir en replay dès demain sur le site de France Télévision.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.