Dans une chronique érudite, joyeuse et piquante, ce docteur en sciences politiques décortique chaque soir une prise de parole médiatique pour en montrer les rouages rhétoriques. A voir dans "Clique", l'émission de Mouloud Achour, en clair sur Canal Plus.

"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément." Non, ce n'est pas certain, mon cher Boileau : les mots n'arrivent pas toujours aisément. Car la rhétorique est un art subtil. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il s'enseigne désormais à la télévision. 

Parmi les nouveautés de cette saison à la télé, je vous en ai déjà parlé, il y a "Clique", présentée par Mouloud Achour, du lundi au vendredi juste avant 20h. C'est un talk-show, qui voit défiler des invités et des chroniqueurs dans un décor rayé (normal, il est conçu par Daniel Buren). Une émission qui affiche un goût prononcé pour le rap et le hip-hop, mais pas seulement : on y a vu notamment le romancier Alain Damasio, pape de la science fiction qui accorde très peu d'interviews. Gage de qualité.

Érudition joyeuse

Mais il y a surtout une révélation, dans cette émission, à mon humble avis. C'est Clément Viktorovitch. Il arrive sur Canal Plus après deux ans sur CNews, où il a débattu avec talent chez Pascal Praud et Laurence Ferrari. C'est un docteur en sciences politiques, spécialiste de rhétorique. Dit comme ça, ça ne fait pas forcément rêver, je sais. Et pourtant, la chronique quotidienne de cet homme aux petites lunettes rondes est un bijou d'érudition joyeuse. Avec "les points sur les i", il puise dans l'actualité pour nous montrer les secrets de l'art oratoire. Il décortique les prises de parole de Jean-Michel Blanquer, Marine Le Pen ou encore Cédric Villani et explique concrètement leurs ficelles rhétoriques et les émotions que cela cherche à provoquer. 

Exemple récent : Isabelle Balkany, qui a fait la tournée des plateaux télé et radio après l'incarcération de son mari. Il est assez facile de prouver, avec un petit montage, qu'elle a dit la même chose partout, qu'elle a utilisé des éléments de langage élaborés par des communicants. Mais Viktorovitch va plus loin. Il s'intéresse aux stratégies d'Isabelle Balkany quand elle a épuisé ses éléments de langage, notamment face à Ruth Elkrief sur BFMTV. 

Citer Schopenhauer dans une chronique sur Isabelle Balkany, c'est fort ! Mais il ne s'agit pas d'étaler sa culture comme de la confiture. Ce politologue nous parle de notions parfois ardues (notamment de figures de style aux noms barbares - des anaphores, des hypotyposes, des syllepses ) avec la volonté de les rendre accessibles. C'est une manière de respecter le téléspectateur, tout simplement. Il parvient à rendre sa science digeste, passionnante et drôle, souvent. 

Les secrets des magiciens

Comme il est important, ce travail de vulgarisation ! D'abord parce que quand on comprend les ressorts de la rhétorique, on est mieux armé pour recevoir la parole politique. Pour s'en méfier, quand il y a lieu. Ensuite parce qu'on peut ainsi s'en emparer soi-même. L'art oratoire, c'est comme de la prestidigitation : il y a des trucs, des astuces à maitriser. Les grands rhéteurs sont de grands magiciens. 

Finalement, ce que nous dit Clément Viktorovitch, c'est que la rhétorique, ça n'est pas sale ! Maitriser l'art de convaincre, l'art de défendre ses idées, c'est utile à tout le monde. Il précise d'ailleurs que c'est bien un art, avec ce que ça implique de technique, mais aussi de créativité et de mystère. Ce qui est certain, c'est que la rhétorique est un pouvoir. Et le principe d'un pouvoir, c'est qu'il s'exerce sur ceux qui n'en disposent pas. Chaque soir à la télé, cette séquence de quelques minutes s'emploie à mieux distribuer ce pouvoir. 

"Clique" : du lundi au vendredi à 19h55 en clair sur Canal Plus, ou en replay gratuit sur MyCanal. 

  • Légende du visuel principal: Citer Isabelle Balkany et Arthur Schopenhauer dans la même chronique? Fastoche. © Philippe Mazzoni / Canal +
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.