Ce film est projeté en ce moment aux professionnels du droit, partout en France : un aperçu de la vie quotidienne d'hommes et de femmes aveugles qui élèvent seuls leurs enfants. Le handicap est souvent un frein pour obtenir la garde des enfants.

Ce documentaire a été diffusé sur France 5, il y a plusieurs mois, mais il est toujours disponible en replay. Si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce qu'il est en pleine tournée nationale. "Parents à part entière", un film de 25 minutes, est projeté à des avocats, des magistrats, des professionnels du droit, partout en France. Histoire de les sensibiliser à un sujet important :  les relations entre la justice et les personnes aveugles. Le handicap constitue un frein majeur dans l'accès au droit. Et, en particulier, pour ce qui concerne la garde des enfants. 

La réalisatrice du documentaire, Anne-Sarah Kertudo, est, elle-même, non-voyante. Cette juriste explique, dès les premières minutes du film, qu'elle a perdu la vue, il y a deux ans. Ce fut un bouleversement. Après avoir digéré le choc, elle a su qu'elle s'adapterait, qu'elle trouverait des solutions dans la vie quotidienne. Mais parmi les choses qui l'inquiétait vraiment, il y avait cette question : comment rester une maman ? Rester un parent qui aide, qui guide, qui rassure. Bien sûr, elle serait aidée par le papa, qui est voyant. Mais elle voulait rester un parent à part entière. Elle est donc allée chercher des réponses auprès de celles et ceux qui élèvent seul(e) des enfants.  

Méconnaissance du handicap

C'est le cas, par exemple, de Frédéric. Les deux filles de Frédéric ont 8 et 11 ans. Elles vivent chez leur père et vont chez leur mère pendant toutes les petites vacances et un mois l'été. Cet aperçu de leur vie quotidienne pourrait bien aider les professionnels de la justice à piétiner quelques préjugés et quelques tabous, grâce aux projections organisées par l'association d'Anne-Sarah Kertudo.

Au moment d'attribuer la garde d'un enfant, il faut évidemment s'interroger sur le poids du handicap et sur ses conséquences pour la sécurité de l'enfant. Mais dans certaines situations, on peut se demander quelle est la part de méconnaissance du handicap dans les décisions du juge. Mikael, par exemple, quand il s'est séparé de sa compagne, n'a plus eu le droit du tout de s'occuper de son fils de cinq ans. Il s'est battu, a remué ciel et terre et a finalement obtenu, en appel, non pas la garde alternée comme il le souhaitait, mais le droit d'avoir son fils chez lui un week-end sur deux.

Les parents aveugles face à la justice : voilà un sujet dont on ne parle  jamais et qui méritait un porte-voix. Anne-Sarah Kertudo endosse ce rôle avec brio. Elle crie justice pour les personnes handicapées.

"Parents à part entière" : à voir en replay sur le site de France 5. 

"Droit Pluriel", l'association d'Anne-Sarah Kertudo. 

  • Légende du visuel principal: Julien a obtenu la garde de sa fille, en accord avec son ex-compagne. © Anne-Sarah Kertudo / France Télévision
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.