Trois jeunes partent en road-trip à travers la Norvège pour tourner un documentaire sur le réchauffement climatique. Tout partait d’une annonce Facebook, mais rien ne va se dérouler comme prévu. Découvrez le récit de cette descente aux enfers sur France Tv Slash.

"Le syndrôme de l'iceberg" raconte le chemin sinueux de trois jeunes et de leur projet de documentaire
"Le syndrôme de l'iceberg" raconte le chemin sinueux de trois jeunes et de leur projet de documentaire © Artcam Production

"Le syndrôme de l'iceberg" est à voir gratuitement sur France TV Slash, plateforme de France Télévision. Il y a trois épisodes de 25 minutes chacun. Si cette histoire était le scénario d'un film, on trouverait ça un peu gros. Et pourtant, c'est une histoire vraie, nous prévient-on dès le début. "Même les fautes d'orthographes ont été conservées". Parce que tout démarre par une annonce sur Facebook, qu'on peut lire à l'écran. Un réalisateur propose à des jeunes de participer à une belle aventure : un grand voyage à travers la Norvège, l'Islande et le Groenland, pour tourner un documentaire sur le réchauffement climatique. Opportunité magnifique. Laura, Aymeric et Maëlle sont finalement embauchés.

Alors ils sont partis, tous les trois, avec le réalisateur, à bord d'un camping car. Ce sont les protagonistes eux-mêmes qui livrent le récit de ce road-trip, trois ans plus tard. Leurs propos sont émaillés des images tournées à l'époque, avec des paysages sublimes sous la neige et des aurores boréales. Ce qui est malin, c'est qu'ils donnent peu d'indice sur la suite : Laura, Aymeric et Maëlle ne racontent pas les événements à la lumière de ce qu'il s'est passé ensuite. Mais assez vite, on se doute que quelque chose cloche.

Un documentaire qui tourne à l'arnaque

Au bout de quelques jours, le réalisateur leur annonce qu'il souffre d'un cancer du rein : il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il veut que ce film soit une merveille. Aussi, quand l'argent promis par la société de production tarde à arriver, Laura, Aymeric et Maëlle mettent la main à la poche.

Je n'en dis pas plus parce que le suspens fonctionne à plein. Voici par exemple comment se termine le premier épisode, pour tenir le spectateur en haleine :

Au fur et à mesure de l'aventure, des affinités se sont créées. Par la suite on s'est mis en couple, et ça c'était un petit problème...

Ce voyage à huis clos va devenir franchement particulier, voire un peu malsain. Dans cette longue descente aux enfers, on s'attache aux motivations des protagonistes, à ce qui explique leurs décisions et, parfois, leur aveuglement. Notamment dans l'extrême Nord de la Norvège. Une nuit perdus dans le désert, une énorme frayeur. Et ce jour-là, ça donnera un joli post Facebook : 

Journée dans la toundra norvégienne, c'était magnifique et très impressionnant.

Ils sont là, tous les trois, pour en parler, c'est l'essentiel. Mais on les sent très affectés par cette affaire. Il est courageux de leur part, mine de rien, de surmonter la honte et de raconter ce rêve devenu cauchemar. Peut-être leur histoire incitera-t-elle ceux et celles qui la découvrent à être vigilant : avant de foncer tête baissée, penser à se méfier un peu.

Le syndrome de l'iceberg : Mini-série en trois épisodes, disponible sur le site France TV Slash.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.