On se souvient des paysages spectaculaires, des deltaplanes et des gamelles de Nicolas Hulot. La chaîne Ushuaïa TV fête les 30 ans de l'émission culte, diffusée jusqu'en 2011.

Nicolas Hulot en mars 2007 dans Ushuaïa
Nicolas Hulot en mars 2007 dans Ushuaïa © Maxppp / PHILIPPE DE POULPIQUET

Il me suffit d'écouter le générique pour avoir envie d’escalader un glacier, puis de me hisser sur l'aile d'un deltaplane les bras en l'air, de sauter en parachute et d'atterrir directement dans un canoë au milieu des hippopotames. Tout cela, bien sûr, avant de prendre mon petit dej ! Ushuaïa fête ce soir ses trente ans. En septembre 1987, Nicolas Hulot proposait le premier numéro d'un magazine d’aventure qui allait devenir culte. L’émission s’est arrêtée en 2011 mais elle est toujours diffusée sur Ushuaïa TV, chaîne documentaire payante du groupe TF1, qui met le paquet pour l'occasion : une soirée spéciale, ou plutôt une nuit spéciale, avec d'abord une interview du ministre de la transition écologique et des archives de l'émission.

J'ai vu l'interview de Nicolas Hulot et ai relevé un oubli malencontreux : il n'est jamais question de son nouveau travail !

Trois quarts d'heure d'entretien avec un ministre sans jamais évoquer son rôle de ministre

Je m'en suis étonnée auprès de la journaliste, Bénédicte Le Chatelier. Elle répond que ce n'était pas le sujet. Certes. Peut-être y a-t-il aussi une volonté de la part de TF1 de bien dissocier le Hulot ministre et le Hulot ancien animateur, toujours associé à la marque Ushuaïa. Cet été, le Canard Enchainé a d'ailleurs révélé les confortables royalties que lui ont rapporté les ventes de shampoings et gels douche, même si la marque appartient à TF1.

Dans cette interview, Nicolas Hulot évoque en revanche sa prise de conscience écologique. Il avoue que la fragilité de la planète n'était pas du tout sa préoccupation au début de l'émission et qu'ensuite, après des centaines de voyages dans des paysages toujours plus spectaculaires, l'insouciance a laissé la place à la gravité.

Preuve que l'émerveillement est le premier pas vers le respect

On peut voir dans ce mea culpa une belle histoire bien emballée, du storytelling bigrement efficace. On peut s'interroger sur le bilan carbone d'une telle prise de conscience (il en a fallu, des tours du monde en hélico avant de réaliser que la planète était menacée). Mais cela n'enlève rien au charme des images d'archives. Les séquences de "Nicolas Hulot l'aventurier" sont fabuleuses. Les gamelles, surtout. Il a survolé les paysages les plus somptueux dans les engins les plus dingues. Si Leonard de Vinci avait vécu dans les années 1990, il est certain que Nicolas Hulot aurait été le premier à tester ses machines volantes.

Cet anniversaire offre aussi l'occasion de mesurer combien la télé a changé, en trente ans. A l'époque, il y a avait moins de chaines, donc plus de téléspectateurs devant chaque émission, et donc plus de moyens. Et sans doute aussi une légère insouciance. D'ailleurs, Nicolas Hulot révèle dans l'interview qu'il n'était pas assuré pour voler !

30 ans d'Ushuaïa, soirée spéciale à partir de 20h40 sur Ushuaïa TV.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.