Un documentaire diffusé sur Arte perce les mystères de l'île à la silhouette unique au monde. Bel hommage aux bâtisseurs de ce monument à l'histoire tumultueuse, accompagné d'une «expérience sonore» sur le site d'Arte.

« Le Parisien, mieux vaut l’avoir en journal » : vous souvenez sans doute de cette pub. Eh bien, le Mont-Saint-Michel, si vous voulez mon avis, mieux vaut le voir à la télé ! Quiconque a déjà visité cette merveille normande se souvient surtout… de la foule. C’est noir de monde, on piétine, on étouffe ! Alors je vous propose une visite privée passionnante grâce au documentaire de Marc Jampolsky diffusé samedi soir sur Arte : Mont-Saint-Michel, le labyrinthe de l'archange

Avant de recevoir des courriers d’auditeurs furibards, je précise que je plaisante : la vraie vie, c’est mieux que la télé, bien sûr. Encore que. Selon deux récents rapports, l’un émanant de la cour régionale des comptes et l’autre du conseil économique et social régional, les conditions d’accueil sont mauvaises sur cette île visitée chaque année par 2,3 millions de touristes : navettes surchargées, axes routiers encombrés, qualité médiocre des prestations offertes par les commerçants. 

Envol d'oiseaux de mer devant le Mont-Saint-Michel
Envol d'oiseaux de mer devant le Mont-Saint-Michel / Gédéon Programmes

Mais parlons plutôt de ce documentaire. Les images sont sublimes. Le travail de prises de vue aériennes sur la baie du Mont-Saint-Michel est exceptionnel. Et puis tout l’intérêt de cette visite privée, ce sont les guides : des archéologues, des historiens, des spécialistes passionnés qui ont utilisé, à l’occasion d’un vaste chantier de restauration, les techniques les plus modernes pour sonder les mystères du Mont. On se promène avec eux dans ce labyrinthe de ruelles et d’escaliers, on sonde les murs pour les reconstituer en 3D. On visite aussi les entrailles du monument : la chapelle Notre-Dame-Sous-Terre. Ce qui est fascinant c'est que ce monastère bénédictin n'a jamais cessé de se reconstruire sur lui-même au cours de ses quinze siècles d'histoire tumultueuse.

Jardin suspendu

Le Mont-Saint-Michel dessine un triangle parfait sur l’horizon de la baie : cette silhouette le distingue de toutes les îles du monde. Et on se pose évidemment la question : mais comment ont-ils fait pour que tout ce granit tienne sur ce petit rocher ? Ce vaisseau de pierre est une prouesse architecturale impressionnante. Pour dévoiler les secrets de fabrication, il faut notamment passer par Chausey : c'est de cet archipel que vient le granit qui a servi à la construction du monastère. Un granit très particulier, plus malléable que les autres, qu'on trouve même dans les gargouilles de Notre-Dame de Paris

On apprend aussi qu’à la Révolution et jusqu’au 19e siècle, le Mont-Saint-Michel était une l’une des plus terribles prisons de France. Toute l’abbaye était réquisitionnée, même l’église était aménagée en réfectoire de cette Bastille des mers !

C’est un documentaire un peu érudit, voire exigeant, mais il mérite que vous restiez jusqu’au bout pour le passage consacré au cloître. Les mots me manquent pour décrire la beauté de ce jardin suspendu ouvert vers le ciel, dans une abbaye qui est un monde clos, fermé sur lui-même. 

Vue aérienne du Mont-Saint-Michel
Vue aérienne du Mont-Saint-Michel © AFP / Marcel Mochet

Entendre le chant des pierres

Ce film est aussi l'occasion de faire une expérience sensorielle sur le site d’Arte : deux vidéos vous permettent d'expérimenter les phénomènes acoustiques à l’œuvre dans l’abbaye, considérés comme surnaturels à l’époque médiévale. Des vidéos à regarder avec un casque, pour la qualité du son. Vous verrez comment travaillent les archéo-acousticiens : ceux qui écoutent le chant des pierres ! 

Mont-Saint-Michel, le labyrinthe de l’archange: documentaire  de Marc Jampolsky, à voir samedi 23/12 à 20h55 sur Arte. Une rediffusion aura lieu le dimanche 24/12 à 16h35. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.