Pourquoi l'ascenseur ne serait-il pas le bon endroit pour se demander si on est heureux ? Pour réfléchir à son meilleur souvenir d'enfance ? Pour se demander si l'on croit en dieu ? Un documentariste a installé sa caméra dans un ascenseur de Londres. Un petit bijou de 24 minutes à voir sur Tënk.

C'est un film de 24 minutes qui repose sur un dispositif tout simple : une caméra dans un ascenseur. Oui, c'est tout. Et c'est merveilleux. Grâce à un partenariat entre Tënk et France Inter, "Lift" est disponible gratuitement jusqu'au 1er mars, en cliquant ici.

Nous sommes à Londres, dans une tour où vivent des gens de tous les âges et de toutes les couleurs. Marc Isaacs a installé sa caméra dans l'ascenseur et on fait la connaissance des habitants de cet immeuble d'un quartier populaire. Il y a d'abord cette petite mamie en manteau violet, mise en pli impeccable, qui aboie sur un monsieur pour l'empêcher d'entrer... et qui ensuite se tourne, tout sourire, vers l'objectif. Son rire est diaboliquement magique.

Effet comique du malaise

Passer du temps dans l'ascenseur, c'est toucher du doigt le malaise qu'on a tous déjà connu dans cet espace confiné. On regarde ses chaussures, on ne sait pas quoi se dire, on a hâte que le voyage se termine. Ici, la gêne est souvent palpable, encore plus à cause de la caméra, et cela apporte un effet comique très efficace. Mais il y a beaucoup d'autres choses dans ce tout petit film. 

D'abord, une savoureuse galerie de personnages. Chacun ne reste pas longtemps mais finit toujours par revenir. Alors on s'attache à ce jeune homme qui sort le soir en espérant rencontrer l'amour, et qui rentre seul, hilare et très alcoolisé. On s'attache à ce monsieur bangladais qui offre des oranges et des bananes au documentariste. A cette dame qui s'inquiète pour lui et veut lui apporter une chaise. Les habitants de cet immeuble deviennent peu à peu familiers.

Et puis l'homme derrière la caméra se met à leur poser des questions. Des questions qui peuvent sembler impressionnantes. Êtes-vous content(e) de votre vie ? Qu'est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ? En quoi croyez-vous ? Quel est votre meilleur souvenir d'enfance ? Certains sont un peu décontenancés, d'autres répondent du tac au tac (un souvenir d'enfance, en particulier, est très émouvant : un homme se souvient du jour où il a vu un aigle royal). Et il y en a même une qui ne sait pas quoi répondre, qui rentre chez elle, et qui répond le lendemain matin, en reprenant l'ascenseur pour partir au boulot ! 

L'ascenseur, un confessionnal laïc

N'est-il pas un peu saugrenu de poser de telles questions dans un ascenseur ? C'est ce qu'on se dit au début, avant de réaliser qu'il n'y a pas d'endroit approprié. Ce film transforme l'ascenseur en un confessionnal laïc, en quelques sortes : un espace confiné où l'on peut se livrer. Quelle place laisse-t-on dans nos vies aux questions importantes ? Où et quand se demande-t-on si on est heureux ? Pourquoi ne pas le faire à un moment banal de notre vie quotidienne ? Le temps passé dans l'ascenseur, à attendre le bus où à faire la queue à la caisse du supermarché, est un temps apparemment vide, inutile. Il ne se passe rien. Et si on en profitait pour se poser de grandes et belles questions ? C'est une façon de réenchanter le quotidien. J'ai essayé, dans l'ascenseur pour monter jusqu'à ce studio, mais je n'ai pas encore trouvé mon meilleur souvenir d'enfance. Par chance, je reprendrai l'ascenseur de la radio tout à l'heure pour rentrer chez moi. Voilà comment les moments inutiles peuvent devenir précieux. 

"Lift", de Marc Isaacs. Documentaire de 24 minutes à voir gratuitement sur Tënk jusqu'au 1er mars 2019, grâce à un partenariat avec France Inter, en cliquant ici. (Cliquer sur le triangle au centre de l'écran pour visionner le film). 

Légende du visuel principal:
Certains sont agacés, d'autres gênés ou amusés : la caméra dans l'ascenseur fait de l'effet à tous les habitants de l'immeuble ! © Lift - Marc Isaacs - Dual Purpose Productions - Andana Films
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.