Dimanche soir, Arte diffuse un documentaire consacré à l'une des plus grandes stars des années 60...

Un monument du show-business américain : Sammy Davis Jr. Chanteur mais aussi acteur, danseur, imitateur et musicien. Un artiste complet, pièce central du Rat Pack, ce collectif rassemblant entre autre Dean Martin et Frank Sinatra.

Au sein du Rat Pack, Sammy Davis Jr détonnait. Et ce n'était pas ses qualités de danseur qui le démarquait mais plutôt ce qu'il était, à savoir un homme Noir, juif et borgne. Et autant dire que dans le show-biz de l'époque, il était le seul.

Alors, dans le documentaire qui sera diffusé sur Arte dimanche soir, on comprend très vite que cette identité fut questionnée tout au long de sa carrière.

Comment être une célébrité adulée par les Blancs de Las Vegas quand on était un homme Noir dans l'Amérique des années 60 ? Une Amérique en proie à de profondes mutations sociétales, où la communauté afro-américaine commençait à faire entendre sa voix.

Devait-il se faire l'étendard de ce combat, au risque de déplaire à son public ? 

Et surtout, comment composer avec son identité noire alors qu'il était considéré par une grande majorité de la communauté comme un traître, lui qui avait épousé une femme blanche et qui soutenait publiquement le candidat républicain Richard Nixon ?

Son mariage avec l'actrice suédoise May Britt est d'ailleurs l'un des moments marquants de ce film...

Puisqu'il symbolise à lui seul la vie de Sammy Davis Jr. D'abord, le désir de se marier avec une femme blanche, lui qui a toujours voulu s'affranchir de sa communauté et de sa couleur. Mais surtout, une manière pour lui de rejeter la frange raciste du pays puisqu'à l'époque, le mariage mixte était interdit dans de nombreux Etats.

Sammy Davis Jr était toute l'Amérique des années 60. Il était avec Dean Martin à Vegas et avec Martin Luther King à Selma. Il était à la fois le gentil Noir qui dansait pour un public majoritairement blanc et un soutien actif de la lutte pour les droits civiques.

Sans lui, pas de Michael Jackson, pas de Stevie Wonder, pas de Kanye West, pas de Drake. Il fut la première véritable star afro-américaine puisqu'il fut le premier à assumer médiatiquement ce qu'il était. Pas seulement un artiste noir, mais un homme avec son histoire et ses convictions.

"Les nombreuses vies de Sammy Davis Jr", un documentaire à retrouver sur Arte dimanche soir à 22h40

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.