Si vous aimez regarder cette émission de télé-réalité sur TF1, ne dites pas « j’adore voir des femmes en robe de mariée se crêper le chignon » mais plutôt « je trouve ça passionnant sur le plan sociologique ». Oui, Bourdieu aurait sans doute été fasciné par cette compétition !

La neige tombe un peu partout en France... Tout ce blanc, ça donne envie de se marier ! Alors regardons « quatre mariages pour une lune de miel » sur TF1. Dans cette émission de télé-réalité, quatre couples soumettent leur mariage à une compétition pour gagner une lune de miel vers une destination paradisiaque. Les caméras de TF1 sont donc invitées à la noce, mais aussi les autres mariées, qui doivent mettre des notes sur 20 à la robe, au repas, au lieu de réception et à l’ambiance de la fête. Chaque jour de la semaine est consacré à un mariage, et le vendredi, les concurrentes font un petit bilan toujours très... bienveillant.

Tu as mis un 7 à ma robe? Tu t'es pas regardée ! Pour moi, tu es une vraie sorcière.

Vous remarquerez que ce sont les femmes qui s’affrontent. Emission atrocement sexiste, me direz-vous, mais elle est à l’image de la société : dans les couples hétérosexuels, on considère massivement que quand l’homme a plié les serviettes ou s’est occupé de la musique, il a « aidé » sa femme à préparer le mariage. Magnifique illustration de la « charge mentale ». 

Mémoire de fin d'étude

Mais ce qui m'a poussé à regarder cette émission, surtout, c’est une étudiante à Sciences Po Toulouse qui s’est penchée sur « quatre mariages pour une lune de miel » dans son mémoire de fin d’étude. Manon Racz (qui a aussi travaillé à France Inter, dans l’équipe de "Grand bien vous fasse" avec Ali Rebehi) a remarqué que la question de la classe sociale y est centrale. Qu’est-ce qu’un beau mariage ? C’est une fête qui adopte les codes de la bourgeoisie. Pierre Bourdieu se serait sans doute passionné pour cette émission, selon notre étudiante, parce qu’elle montre le mépris de classe. 

Je dirais que c'est du mépris de classe ordinaire. Par exemple, on va avoir une musique un peu ridicule ou embarassante dès que quelqu'un va dire "allez on fait la danse des canards !" Dès qu'il y a un mariage dans une salle des fêtes communale, ça va être mis en scène comme cocasse, rigolo, ridicule. Alors que c'est juste un mariage dans une salle des fêtes !

Et je n’ai pas eu à chercher longtemps pour trouver une illustration, dans un épisode récent : "Pour moi ça faisait plus cantine que repas de mariage", explique une candidate en mettant une mauvaise note à sa concurrente. On préfère un repas servi à table à un buffet, une pièce montée à un gâteau simple, etc. Manon Racz a constaté, sur une saison entière (elle a regardé plus de 200 épisodes) que les mariages qui gagnent sont, à une courte majorité, les plus chers, les plus bourgeois. 

Auto-humiliation sociale

Mais le plus fascinant, c’est que cette norme est intériorisée par les mariées qui, elles-mêmes, ont un budget limité. Elles vont donner une mauvaise note à une candidate dont la déco est pourtant assez similaire à la leur. On peut y voir une forme d’auto-humiliation sociale. Là aussi, ça correspond à ce que disait Bourdieu : les dominés intègrent les goûts et la vision du monde des dominants. En somme, si comme moi vous aimez regarder cette émission, ne dites pas « j’adore voir des femmes en robe de mariée se crêper le chignon » mais plutôt : « je trouve ça passionnant sur le plan sociologique ». Ne me remerciez pas, c’est cadeau. 

« Quatre mariages pour une lune de miel », sur TF1 tous les jours à 17h10. 

Légende du visuel principal:
Le vendredi, les quatre candidates règlent leurs comptes sur le perron... et sont souvent féroces. © ITV Studios 2019 / TF1
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.