Un policier hermétique à la peinture et une historienne de l'art : le duo improbable de "l'art du crime" revient pour une saison 2 sur France 2. Malgré quelques maladresses, cette plaisante série française nous embarque dans ses enquêtes en s'appuyant sur les énigmes non résolues des grandes toiles de maitre.

Ce truc ne ressemble à rien. Oui je sais, dit comme ça, on ne dirait pas un compliment. Et pourtant si ! "L'art du crime" (de retour sur France 2 pour une saison 2) est une série policière un peu trop burlesque, avec des personnages un peu trop perchés, pour être réellement un polar. Il y a pourtant de vraies enquêtes criminelles, mais des répliques loufoques qui font qu'on penche souvent vers la comédie. Le résultat est unique en son genre et très plaisant. 

Pourquoi voler une copie de Monet?

Nous sommes à l'OCBC, l'Office Centrale de lutte contre le trafic des Biens Culturels. Une brigade qui existe vraiment, soit dit en passant : ce sont les policiers qui luttent contre la criminalité liée aux œuvres d'arts. Les deux héros de la série sont un duo un peu saugrenu : un flic complètement hermétique à la peinture (voire allergique à toute forme d'art) et une historienne de l'art qui l'épaule dans ses enquêtes. Personnages pas très crédibles, me direz-vous. Certes. Mais peu importe : on se laisse embarquer dans cette enquête passionnante. Le propriétaire d'une copie de Monet a été tué et sa peinture volée. Mais pourquoi diable voler une copie? 

La comédienne qui joue l'historienne de l'art, Eléonore Bernheim, est épatante. Deux épisodes sont diffusés ce vendredi soir et je précise (c'est important) que chaque enquête dure deux épisodes : vous connaîtrez le dénouement de cette affaire de meurtre et de vol sans attendre la fin de la saison. D'ailleurs on peut sans problème regarder la saison 2 sans avoir vu la première. 

Les énigmes de l'histoire de l'art

Le principe de la série, c'est que les clés de l'enquête se trouvent souvent dans les tableaux. C'est l'occasion de placer plein d'infos et d'anecdotes sur l'histoire de l'art, mais sans jamais rien perdre en légèreté. On en apprend de belles, par exemple, sur un célèbre tableau de Fragonard, Le Verrou. Florence, qui nourrit quelques fantasmes à l'égard de son collègue, rêve qu'elle est dans ce tableau. Cela donne lieu à une très amusante reconstitution : un rêve érotique en costume du XVIIIe siècle dans une série policière qui se passe aujourd'hui...

Ce qui est malin dans cette série, c'est que les tableaux qui ont marqué leur temps sont mystérieux. On n'a pas déchiffré tous les codes. Que ce soit chez Monet, Fragonard ou nombre d'autres grands maîtres, les interprétations des spécialistes divergent. Les grands tableaux sont truffés d'énigmes. Et les scénaristes de cette série réjouissante y ont pioché de la matière. Cela excuse largement les maladresses de la série et les quelques lourdeurs dans les dialogues.  

Le Verrou de Fragonard est exposé au Louvre Lens (expo "Amour" jusqu'au 21 janvier 2019). J'ai comme une furieuse envie d'aller la voir en vrai, cette toile. Qu'une série télé vous donne envie d'aller au musée, c'est suffisamment rare pour être signalé ! Au menu des prochains épisodes, vendredi prochain et dans deux semaines : Gustave Courbet et Jérôme Bosch. 

"L'art du crime" (6 épisodes de 52 minutes) : série créée par Angèle Herry-Leclerc et Pierre-Yves Mora. Episodes 1 et 2 de la saison 2 : vendredi 23 novembre sur France 2. 

Légende du visuel principal:
Eléonore Bernheim et Nicolas Gob incarnent un flic et une historienne de l'art aux trousses d'un assassin féru de Claude Monet © Gaumont Télévision / France 2
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.